fbpx

Annoncé au FC Nantes depuis plusieurs semaines pour rejoindre l’équipe réserve, Babacar Leye (19 ans) a officiellement signé vendredi 12 juin.

Auteur de 20 buts toutes compétitions confondues lors de l’exercice écoulé avec les Voltigeurs de Châteaubriant (11 en National 3 et 9 en Coupe de France), l’attaquant a paraphé un contrat d’un an (+1 en cas de maintien de la N2 des Jaune et Vert). Papy Leye, son père et entraîneur cette saison de l’équipe fanion, nous parle de son fils, ascendant buteur !

 

Babacar était-il en contact avec le FC Nantes depuis un moment ?
Il avait d’autres pistes avec plusieurs clubs, c’est lui qui a arrêté son choix. Depuis deux ans, oui, le FC Nantes voulait recruter Babacar. Des scouts étaient venus plusieurs fois observer ses matches, tout s’est donc fait naturellement. Babacar ne sera pas loin du domicile familial et il a déjà vécu à Nantes (Babacar Leye était en STAPS à l’université de Nantes cette année, Ndlr.).

Quel genre de joueur est-il ? Quelles sont ses qualités ?
Avant de devenir un buteur cette saison, il préférait évoluer au milieu de terrain. Ses qualités principales sont la vitesse, sa capacité à jouer dos au but, et donc son côté finisseur qu’il s’est découvert cette saison. Nous, le staff, on a vraiment insisté ces derniers mois pour qu’il utilise sa rapidité pour prendre les défenses de vitesse et qu’il puisse se présenter face au but. On a beaucoup travaillé là-dessus avec lui, car il avait tendance à trop décrocher, il fallait qu’il axe davantage son jeu sur la profondeur, tout en gardant ses qualités en pivot. En dehors du terrain, c’est un joueur très exigeant avec lui-même, il faut qu’il garde cette faculté à s’auto-évaluer et à être ambitieux.

« Il est au pied d’un gratte-ciel, maintenant, combien d’étages va-t-il monter ?»

Dans l’effectif de N2 de Pierre Aristouy, on compte déjà plusieurs vrais finisseurs. « Babac » arrive-t-il chez les Canaris pour évoluer dans l’axe, ou est-ce envisageable de le décaler sur un côté ?
Je ne suis pas le coach du FC Nantes (rires) ! Honnêtement, les entraineurs en poste sont assez compétents pour savoir ce qui sera bénéfique pour Babacar. Le plus important pour lui c’est de continuer sa progression et de ne pas se prendre la tête. Je lui ai dit, il est au pied d’un gratte-ciel, maintenant combien d’étages va-t-il monter ? C’est à lui de répondre sur le terrain. Il débarque dans un nouvel environnement, le FC Nantes est un club professionnel. Il n’évoluera pas au sein des mêmes infrastructures, cet univers sera très différent de ce qu’il a connu jusqu’à présent.

A-t-il le potentiel pour viser plus haut et s’inscrire à terme chez les pros ?
Même si les contacts ont été noués avec Pierre Aristouy et non avec Christian Gourcuff, si Nantes vient le chercher et lui fait signer un contrat professionnel, c’est que le club attend quelque chose du joueur… J’espère que l’intégration au groupe pro est un objectif pour lui, à terme. Après, on peut espérer des choses mais la vérité ça sera toujours le terrain et les prestations qu’il réalisera…

Propos recueillis par Paul-Emile MOULLEC