fbpx

Le handball et le volley nantais comptent depuis des années des joueurs majeurs espagnols dans leurs effectifs, y compris ses colocataires du NRB avec l’internationale Queralt Casas ou plus récemment Ana Suarez. Jusqu’à cet été, le NBH faisait office d’exception, mais devrait cocher la case avec brio en le recrutement de Xavier Forcada.

 Le français est parfait, aussi fluide que son style sur les parquets. Xavier Forcada n’entame que sa quatrième saison dans le championnat hexagonal et pourtant, le Barcelonais s’est rapidement senti comme chez lui en France, «  encore plus à Nantes. J’arrive d’une grande métropole européenne donc je suis évidemment heureux de pouvoir retrouver des habitudes un peu laissées de côté à Gries (son premier point de chute, NDLR), une petite commune dans le Bas-Rhin, ou même Roanne, qui reste quand même une ville de petite taille. C’est très appréciable de pouvoir couper d’avec la salle et penser à  autre chose que le basket par moment. »

Engagé avec le club de Jeep Elite la saison dernière, « Xavi » - prononcez « Chabi » - avait pourtant eu plusieurs contacts avec le coach nantais Jean-Baptiste Lecrosnier sans que cela se finalise. « J’ai vraiment connu un exercice très difficile , je ne jouais pas beaucoup. Le premier appel que j’ai eu a été celui de JB… Je savais déjà  que je voulais venir jouer ici, cela a été très simple de dire oui. Il fallait tourner la page, oublier tout ce que j’ai vécu là-bas… Je voulais retrouver tout le plaisir du jeu, ce que j’ai toujours fait sur un terrain. Quand ce sera fini, que je serai chez moi, ce n’est pas le basket en lui-même que je retiendrai, mais les belles rencontres, les amis sincères qui resteront. Tout le monde est remplaçable sur un terrain, quel que soit ton niveau. Même les plus grands : quand Messi va partir, le FVB trouvera une autre grande figure… Le sportif n’est que de passage.  »

Très rapidement engagé avec le Nantes Basket Hermine, il suffit de voir le sourire affiché par l’ailier espagnol pour avoir la réponse à la question de son intégration au sein de ce groupe très peu modifié, avec seulement deux recrues… dont lui ! « C’est  bien la première fois que je me retrouve dans ce contexte (rire) ! Mais c’est super positif : depuis le premier jour, on ressent que c’est beaucoup plus facile de s’entraîner. Nous n’avons qu’à nous adapter avec Josh Ayayi et apporter ce petit plus que JB nous demande."

 

La suite de l'article à découvrir dès jeudi dans notre numéro de septembre!