fbpx
Christophe Benmaza : «Limiter les dégâts»

Annulation des Coupes nationales, programme évènementiel au point mort et championnat en stand-by : le Covid-19 a évidemment court-circuité la quiétude des parquets. Christophe Benmaza nous éclaire sur les premières répercussions, sur le volet sportif d’abord, mais pas que. Le manager du NMF le pressent : les Eléphants devront serrer les dents économiquement.

 Christophe, la première décision de la FFF à vous impacter a été d’annuler les Coupes, alors que Mangin-Beaulieu devait être le théâtre d’un plateau de choix, fin mai … 

Effectivement, c’est un coup dur. On s’est déjà positionné pour être ville-hôte de la prochaine édition, mais ce n’est pas la priorité de la FFF à l’heure actuelle. C’est un moment de fête inédit qui part en fumée puisque nous avions l’ambition avec nos partenaires, notamment la Ligue de football des Pays de la Loire, de proposer un format unique en France. Le temps d’un week-end, quatre événements auraient été combinés (Finale de Coupe masculine, finale du Challenge National de Futsal Féminin, Mondial Futsal et salon du futsal et de l’innovation des pratiques). Imaginer et œuvrer pour ce concept a demandé beaucoup d’investissements, humains comme financiers, donc nous nous retrouvons doublement pénalisés. En fait, en termes de préjudices, c’est toute notre programmation événementielle qui tombe à l’eau, puisque nous avons par ailleurs dû annuler tout un panel de manifestations (soirée partenaires, Business Cup, Futsal Camps, Tournoi Académie etc.)...

Sur le volet purement sportif, qu’en est-il de la poursuite de la D1 ?
Pour le moment, tous les championnats sont suspendus jusqu’au 3 mai. Et c’est une tendance lourde : au moins 10 clubs sur les 12 engagés en D1 ne souhaitent pas reprendre et l’ont signalé à la FFF… qui de son côté ne veut pas entendre parler de « saison blanche ». Face à cet imbroglio, quelle formule adopter ? Les matches en retard vont-ils être disputés, dans un souci d’équité ? Quid des descentes et des montées ? ACCS FC, le leader du championnat peut-il être sacré ? On n’a pas de visibilité, mais clairement, notre position est arrêtée.

Pour quelles raisons êtes-vous favorable à un arrêt définitif de cet exercice (les Eléphants sont 8es) ?
Le futsal n’est pas un sport professionnel en France, donc nos joueurs n’ont pas de contrat de type fédéral par exemple. Certains clubs pros ont opté pour le chômage partiel, ce qui n’est pas possible concernant nos joueurs. Si demain on devait reprendre, il faudrait s’organiser en termes de logistique, trouver des salles disponibles, modifier les billets d’avion de certains étrangers qui ont déjà posé leurs vacances cet été… Il y a aussi évidemment l’aspect athlétique à prendre en considération. Dans notre discipline, les contacts font partie du jeu, la bonne maitrise des appuis aussi. Il faudrait donc un bon mois de préparation, en axant sur le foncier, pour que nos joueurs soient opérationnels, sans risquer de se blesser par-dessus le marché… NMF illustre jeu credit Marta Ros Photography

Dans le staff, vous êtes justement en charge de la préparation physique. Quel programme avez-vous concocté ?
Déjà, il faut savoir que les trois quarts des joueurs sont restés à Nantes. On a proposé un plan de maintien de forme global à l’effectif, pour ne pas stopper l’activité. On n’a pas mis en place de travail renforcé car nous n'en avons pas les moyens, et de toute façon, aucune date butoir n’est fixée. Si jamais l’on devait reprendre le chemin des parquets, on ajusterait évidemment les ateliers proposés. Pour l’instant, on se contente juste de limiter les dégâts…

Au-delà de la D1, cette conjoncture remet-elle en cause votre projet club, qui met particulièrement l’accent sur la formation ?
Non, absolument pas. On ne va néanmoins pas se le cacher : on va devoir composer avec des problèmes de trésorerie cet été, nos ambitions seront donc revues à la baisse, à commencer concernant le mercato. Oui, le budget sera impacté, puisque notre portefeuille partenaires va lui aussi subir les effets de cette crise. Oui, il va y avoir des dommages collatéraux, d’autant que nous ambitionnions de passer dans les mois à venir un vrai cap en termes de structuration.
Toutefois, cela ne change rien au fond de notre projet, ça le ralentit seulement. Notre volonté de développer une académie reste intacte, la jeunesse reste au cœur de nos attentions. Le NMF propose ainsi chaque jour une nouvelle vidéo d'une séance inédite à réaliser à la maison, pour les 6-11 ans. Ce concept est baptisé « La classe des petits champions » et offre un moment récréatif aux enfants. Début avril, le club a également lancé une plateforme d'apprentissage, destinée aux 12-18 ans. Cet outil digital propose un programme hebdomadaire complet, regroupant activités sportives, éducatives et ateliers de travail sur la pratique. Même en période de confinement, on s’attache à prolonger notre rôle associatif….