fbpx
Pro B arrêtée… mais pas annulée : le NBH dans l'expectative

La Trocardière ne reverra pas de balle orange, que cela soit sous les couleurs du NRB ou du NBH, la Ligue Nationale de Basket emboitant après quelques jours de réflexion supplémentaires le pas de ses homologues de LFB. Avec, toutefois, un singulier détail en option, à savoir la possibilité de poursuivre la saison de Pro B… en septembre !

La saison 2019/2020 du championnat de Pro B reprendra-t-elle en septembre ? Surréaliste... mais du domaine du possible pour la Ligue Nationale de Basket, actant ce mercredi qu'aucun match ne serait en effet disputé d’ici cet été en raison de la crise sanitaire. Toutefois, l’instance laisse une porte ouverte à une reprise à la rentrée, non pas pour l’exercice 2020-2021 mais bien pour terminer celui brutalement stoppé ! Dans son communiqué de presse, la LNB annonçait :

« Le Comité Directeur de la LNB, réuni à distance ce mercredi 15 avril 2020, a pris acte des déclarations du Président de la République concernant notamment l’interdiction des rassemblements et événements sportifs pour encore plusieurs mois.

En conséquence il est décidé :

- Que les compétitions de Jeep® ÉLITE et PRO B 2019-20 actuellement suspendues, ne pourront pas reprendre avant le mois de Septembre.

- Que les groupes de travail déjà à l’œuvre et regroupant l’ensemble des parties prenantes au basket professionnel doivent à compter de ce jour se pencher sur les hypothèses de fin de saison 2019-20 (arrêt définitif et dans quelles conditions, ou reprise et fin à partir de Septembre). Ces groupes de travail ont également pour mission de terminer leurs travaux sur les conséquences économiques de cette crise pour les clubs et la Ligue, et identifier les solutions et perspectives pour les saisons à venir.

Les groupes de travail devront enfin réfléchir et proposer le format de la compétition pour la saison 2020-21 (un ou plusieurs scenarii), au regard des décisions prises sur la saison 2019-20. Ces travaux feront l’objet d’une synthèse qui sera soumise à l’approbation du Comité Directeur avant la fin du mois d’avril, et présentés en Assemblée Générale pour approbation. »

Quid du sacre nantais en Leaders Cup ?

Les conditions - et le timing - laissent perplexe. Ainsi, en cas de reprise, à raison de deux matches par semaine, le championnat régulier pourrait être terminé mi-octobre… mais alors quid des play-offs ? Et surtout, avec quels joueurs, les contrats s’arrêtant pour quasiment tous les basketteurs au 1er juillet… « Ce sont de toute façon toutes les strates qui se retrouvent impactées ! », résume le coach nantais Jean-Baptiste Lecrosnier, qui bien que toujours aussi philosophe quant à la situation, avoue le flou total autour des modalités énoncées par sa Ligue concernant l’avenir potentiel de cette saison et, tout simplement, du fonctionnement des clubs. « Qu’aujourd’hui les matches s’arrêtent était une évidence, il ne pouvait en être autrement. On attend désormais de savoir quel scénario va être validé pour la suite ou la reprise… On ne sait pas quel mot réellement utiliser en fait ! » nbh papier

Autant de questions auxquelles la Ligue Nationale de Basket va devoir répondre d'ici la fin avril, avec certaines spécificités concernant certains clubs en balance en vue de participations aux play-offs, de montées potentielles ou encore de maintiens sur le fil. A commencer, d’ailleurs, pour ce Nantes Basket Hermine qui, au regard du classement actuel, n’est pas résident du Top 8 (9e)… mais a validé sa place en play-offs grâce à une superbe victoire historique en LeadersCup, mi-février. « A l’heure actuelle, on ne sait pas ce qu’il adviendra, quelle sera la valeur de ce succès ? Ce trophée, est-ce un passeport pour des play-offs disputés à l’automne ? Ces incertitudes sont légitimes, mais avant tout,  je crois que la vraie question est de savoir ce que l’on veut faire de cette après-crise. Il serait dangereux de laisser passer l’orage et de croire que tout redeviendra normal, que l’on reprendra comme si rien ne s’était passé. »

Lecrosnier : « Le moment idéal pour donner plus de lisibilité au basket »

« Tout va être chamboulé, à commencer par un secteur essentiel à notre survie en tant que sport professionnel : nos partenaires. Il faut prendre soin d’eux, également très impactés, leur donner envie de poursuivre l’aventure et le challenge à nos côtés. Retrouver vite, aussi, le goût de revenir encore plus nombreux à la salle, y compris pour nos supporters. Ne serait-ce du coup pas le moment idéal pour donner plus de lisibilité au basket, aux formules de compétitions souvent complexes et changeantes, afin de gagner en popularité … et en modernité ? »

Les interrogations sont également valables à l’étage supérieur. « La Jeep Elite se révèle terriblement instable. Aujourd’hui, cette division compte 18 équipes, devait initialement passer à 16 équipes prochainement… et désormais certains préconisent de constituer une élite à 20 clubs… Mais qui monterait ? Sous quelles conditions ? Ce sont énormément de questions sur lesquelles il reste un mois pour plancher », nous a livré le technicien nantais.