fbpx
Foot amateur : la planète ballon rond à l’arrêt

C’était dans les tuyaux, c’est désormais acté : la Fédération Française de Football a décidé ce jeudi de mettre un terme à l’ensemble des compétitions de Ligues, de Districts, des championnats nationaux du National 3, du National 2, de la D2 féminine et de futsal, et des championnats nationaux de jeunes (féminins et masculins). Oui, la fin de saison vient d’être sifflée par les instances…

Cette fois, plus de débat : cet exercice 2019-2020 ne reprendra pas (sauf le National 1 et la D1 féminine, pour lesquels il reste un espoir de reprise). Dès le 12 mars dernier, à la suite de l’annonce par le Président de la République des mesures sanitaires de confinement pour lutter contre la pandémie de Covid-19, Noël Le Graët prenait aussitôt la décision de suspendre l’ensemble des compétitions afin de préserver la santé des licenciées et acteurs du football amateur (14 000 clubs dans l’Hexagone).

Un mois plus tard, la situation sanitaire n’a pas évolué, et le Comité Exécutif de la FFF, réuni ce jeudi 16 avril, a donc pris les décisions suivantes, publiées dans un communiqué, concernant les modalités d’arrêts des compétitions des Ligues et Districts :

- un arrêt des compétitions à la date du 13 mars (date de suspension des compétitions) quel que soit le nombre de matchs joués.

- la fixation des classements selon le quotient nombre de points obtenus / nombre de matchs joués afin de neutraliser l’effet des matchs reportés.

- le départage des clubs à égalité de points en fonction du règlement de la compétition concernée. Si le règlement de la compétition est inopérant ou ne permet pas le départage, des critères fixés par la Fédération seront appliqués.

- la limitation du nombre de descentes à une par poule, en cohérence avec le règlement qui prévoit l’impossibilité de repêchage du dernier quelles que soient les circonstances.

- la fixation du nombre de montées en fonction du règlement qui prévaut pour la compétition concernée.

Dans le 44, 58 000 licenciés impactés
Nantes Sport

C’est donc tout le football amateur qui se retrouve touché, à commencer par les 58 000 licenciés du District de Loire-Atlantique, le plus puissant de France. Championnats seniors masculins ou féminins, plateaux jeunes ou encore Coupes régionales : la crise sanitaire a donc eu raison de cette fin de saison. Oui, il fallait savoir raison garder, en cette période si tourmentée. Clap de fin donc pour la réserve du FC Nantes (engagée en National 2), l’équipe féminine aussi (en D2 féminine), ou encore les U19 de Stéphane Ziani. Idem pour l’USSA Vertou, dont l’équipe fanion termine en milieu de tableau (8e sur 14 dans sa poule de National 3), mais qui boucle cet exercice avec des indicateurs prometteurs, puisque son équipe réserve grimpera en Régional 1. A la rentrée prochaine, les U17 et U19 vertaviens s’inviteront également à l’étage supérieur, puisqu’ils évolueront en nationaux.
foot credit photo district 44

Annulations de manifestations en pagaille

Pour rester à l’échelle locale, au-delà de l’arrêt des championnats, la crise sanitaire s’est également traduite par l’annulation de dizaines de manifestations. Dernier exemple en date : l’édition 2020 de la Naoned Cup, un tournoi d’envergure nationale destiné aux U9, initialement programmé fin mai au Stade Marcel Saupin. Mais au regard du contexte, évidemment impossible de coordonner ce plateau où étaient attendus les jeunes pousses de l’AS Monaco, du Stade Rennais ou encore du FC Nantes, comme nous l’explique Jérémy Hadjres, président du Sporting Club de Nantes et organisateur de cet évènement nantais : « 500 enfants, engagés dans 48 équipes, devaient participer à cette 5e édition. Evidemment, dans les registres logistique et économique, il faudra compenser certaines pertes, mais c’est surtout pour les enfants que c’est terriblement décevant. Depuis l’annonce de l’annulation, on a reçu beaucoup de témoignages qui nous peinent. Pour ces jeunes footballeurs, surtout ceux qui évoluent à l’échelle locale, il s’agissait de leur Ligue des Champions… Surtout, ils vont changer de catégorie la saison prochaine, or notre tournoi est exclusivement dédié aux U9, donc pour eux c’est une occasion manquée puisqu’ils ne pourront pas prendre part à l’édition 2021… »

Fort de ses 330 licenciés, le Sporting Club de Nantes a également opté pour le développement du football féminin, à vitesse grand V. L’arrivée de Pierre Arthuis comme responsable technique pour continuer le développement de la section féminine et accueillir l'arrivée massive de nouvelles licenciées peut en témoigner. D’ailleurs, le lundi de la Pentecôte, toujours dans le superbe écrin de Saupin, des dizaines de joueuses, licenciées ou non, devaient fouler le gazon à l’occasion de la 2e édition de la Naoned Fémi’Cup. « On entend inscrire ce rendez-vous sur la durée, en collaboration avec le District de Loire-Atlantique. Ce plateau 100% féminin a l’ambition de susciter de nouvelles vocations chez les jeunes filles, qui découvrent pour certaines le football à cette occasion. La Naoned Fémi’Cup se veut conviviale, il s’agit d’une grande fête du football, à dimension départementale. On entendait fédérer un maximum d’équipes pour attirer un nouveau public, cette 2e édition du nom aurait dû agir comme un tremplin pour booster notre nombre de licenciées. La santé prime, donc on patientera. Mais comptez sur nous : on reviendra ! », glisse Jérémy Hadjres, aux manettes d’un club qui se distingue sur la place nantaise, en prônant les dimensions sociale et citoyenne.

Clap de fin également pour les Eléphants du NMF

En salle aussi, les conséquences sont déjà mesurables pour les ambassadeurs nantais. Engagés en D1 de futsal, les Eléphants du Nantes Métropole Futsal voient donc leur saison 2019-2020 prendre fin à la 8e place du classement, après 15 journées disputées (sur 22 initialement programmées, même s’il restait certains mal classés à affronter… ). « L'arrêt des compétitions est la décision la plus sage, au regard de l'évolution de la crise sanitaire. Nous sommes maintenant fixés et pouvons enfin nous projeter sur le prochain exercice », nous a livré, à chaud, la direction du club, qui souhaitait que le rideau tombe sur cette saison par anticipation. « Le système de classement, de montée et descente proposé fera des satisfaits et des mécontents, mais il fallait bien trancher, les instances compétentes ont fait leur travail. Il faut leur faire confiance et penser que c'est la solution la plus juste. C'était de toute façon mission impossible de satisfaire tout le monde… »

Désormais fixé, le monde amateur scrutera à la loupe les décisions qui conditionneront l’avenir du football professionnel. Reprise de la Ligue 1 en juin ou pas, cette donnée devrait continuer d’alimenter le débat…