fbpx
L’actualité du sport nantais, 100% GRATUIT Version papier & numérique
Slider

Domenech, simple « coup médiatique » ?

Avec l’arrivée de Raymond Domenech, le FC Nantes a été propulsé sur le devant de la scène médiatique. Suffisant pour être une réussite aux yeux du président Waldemar Kita ? On ne l’espère pas, car pour rebondir, il va maintenant falloir enchainer les résultats. Sous peine de flirter avec la bérézina (qui rime avec Knysna)…

Par Paul Boiteau

Une chronique sur France Inter, des articles du Figaro ou du Parisien et même un reportage sur la chaine américaine CNN ! Avec la nomination de Raymond Domenech, le FC Nantes a créé le buzz… ou un tollé, selon les sources concernées.
Dès sa présentation officielle, dans une salle de presse de La Beaujoire sur son « 31 » (une trentaine de journalistes accrédités), le Lyonnais applique sa science de la com’, son art du jeu médiatique. Un monde qu’il a côtoyé de l’intérieur depuis sa fin de mandat de sélectionneur, en 2010. « Je comprends mieux vos problématiques, vos soucis », lance-t-il, mi-taquin, mi-sincère, à son auditoire du jour. Charmeur et serein, l’ancien boss des Tricolores renvoie une image calme et apaisée, malgré le contexte bouillant autour du club. Seul, sans sa direction, Raymond Domenech répond à toutes les questions, en les détournant régulièrement. Il explique par exemple qu’il a « connu des équipes africaines ou brésiliennes qui s’entrainaient en musique », en référence à la bande sonore de cirque diffusée par quelques supporters à l’occasion de sa première séance à La Jonelière. Interrogé pour savoir s’il parlerait avec ses joueurs de la cicatrice sud-africaine avec les Bleus, il rétorque même : « J’ai écrit un livre qui s’appelle Tout Seul, 19€90 chez Flammarion. Peut-être que je pourrais leur offrir. »

Après le show de sa présentation, place aux actes sur le gazon !

A l’aise, affable, Domenech est dans son élément et cristallise l’attention des médias, même généralistes, depuis son arrivée sur les bords de l’Erdre. Le coup de projecteur sur l’institution est énorme. Chaque sortie est scrutée et commentée. Et le principal intéressé semble même en jouer.
Dans l’Hexagone, selon un sondage Odoxa pour Winamax et RTL, les Français ont majoritairement (52%) une bonne opinion de l’ancien sélectionneur, même si sa personnalité demeure clivante. Et à Nantes ? L’avenir le dira, à très court terme.
La réussite est sans doute médiatique, notamment pour Waldemar Kita, d’ailleurs particulièrement discret depuis ce coup d’éclat. Sur le plan sportif, le Lyonnais devra assurer le maintien des Jaune et Vert. Ce qui ne sera pas un exploit, ni une immense réussite en soi.
En attendant, Raymond ou pas, les aficionados des Canaris attendent des résultats. En 4-4-2, en 4-3-3 ou en 4-5-1, qu’importe le schéma, redorer le blason passera par là. 
Oui, concentrons-nous désormais sur ce qui a fait la renommée du patrimoine nantais : le rectangle vert !