fbpx
L’actualité du sport nantais, 100% GRATUIT Version papier & numérique
Slider

Match amical : Nantes AHG 6 - 5 Brest (0-2 / 2-1 / 3-2 / 1-0 après prolongation)

Dans l'attente de retrouver un championnat new-look -date de reprise prévue le samedi 06 fevrier- l'équipe nantaise affrontait ce samedi les Albatros Brestois. Après un début poussif des nantais durant le premier quart-temps, les hommes de Martin Lacroix revenaient petit à petit à hauteur de leurs adversaires avant de triompher lors des tirs aux buts.

L'analyse du coach nantais :

Brendan Hamelin prêt à capitaliser chez les Corsaires par Gaëlle Louis

Brendan Hamelin a passé Noël chez lui, au Québec. Pour traverser l’Atlantique, les conditions n’étaient sans doute pas idéales mais il en fallait plus pour rendre chafouin le Canadien du NAHG. L’ailier de 23 ans préférait en rire avec son coéquipier et compatriote Karl Léveillé. « Franchement, ça m’a fait beaucoup de bien de passer les fêtes en famille. On a quand même galéré un peu...On s’est demandé si on allait pouvoir revenir avec Karl car il y a eu un problème de visa. Ils ne voulaient pas nous laisser passer à la douane. Finalement, ça s’est arrangé. Même si on ne pouvait pas faire grand-chose, puisqu’il était interdit de se déplacer, ça valait le coup de rentrer. »

La bonne humeur est toujours au rendez-vous avec celui qui avait rallié l’Hexagone... quinze jours avant le début du confinement automnal ! Cette entame atypique n’y a rien changé : le Canadien est heureux d’être là, l’optimisme chevillé à la crosse. Cette première expérience en France est une véritable source de plaisir. « C’est vrai que c’était un peu bizarre, car je suis arrivé en cours de route, mais j’ai reçu un accueil incroyable. Cela m’a fait encore plus apprécier mon séjour chez vous, même si on a dû affronter le confinement très rapidement. Martin (NDLR : Lacroix, le coach, lui aussi canadien) m’a hébergé durant les deux premières semaines. Il m’a emmené voir de très beaux lieux à Nantes et j’ai tout de suite accroché avec la ville. Malheureusement, j’ai dû vivre mon premier match en tribunes car mon transfert n’était pas validé. Mais à aucun moment je n’ai regretté mon choix. » Brendan avait débuté la saison dansl’équipe des Pétroliers du Nord( LNAH). L’exercice 2020-21 s’est arrêté brutalement et de façon définitive. En discutant avec son ami d’enfance Francis Leclerc, portier des Corsaires, Hamelin a pu entrer en contact avec les dirigeants nantais. Son arrivée en Loire-Atlantique s’est décidée en peu de temps. « En sortant des Juniors 3, à 20 ans, j’avaisr eçu plusieurs offres émanant de France, de Ligue Magnus et de Division 1, indique-t-il. À l’époque, je voulais tenter un cursus universitaire et je les avais donc refusées. Là, je savais que ça allait être du bonus. C’était génial d’être accueilli de cettef açon et de pouvoir jouer à nouveau avec Francis (Leclerc, le gardien). On partage la glace depuis nos 12 ans. »

UN GARÇON QUI MARCHE À L’AFFECTIF

On le comprend très vite : ce garçon n’écoute que son cœur. Il marche à l’affectif, avec « beaucoup de passion et une bonne dose de fun, aussi ». Deux ingrédients essentiels dans sa pratique du hockey, en plus de son expérience. Il s’appuiera dessus pour gagner des matches dès que le championnat reprendra (lire par ailleurs). Bien sûr, ce sport ne jouit pas de la même popularité, sur le Vieux Continent, qu’en Amérique du Nord mais il aspirait à vivre une aventure inédite. Et à connaître de nouvelles sensations. Il sait qu’il découvrira un jeu sensiblement différent de ce qu’il a pu connaître au Canada et ce n’est pas pour lui déplaire.« Dans mon pays, on est élevés sur des patins. Ça joue très serré, avec beaucoup de contacts. Ici, je découvre qu’il y a nettement plus d’espaces et pour quelqu’un comme moi qui adore travailler avec le palet, le faire vivre, c’est super. Je suis certain que ce championnat va me plaire. Et puis le projet est vraiment sympa. On sent que Martin (Lacroix) s’implique énormément pour que ça fonctionne à Nantes. J’aime beaucoup la passion qu’il met. Il communique sans cesse avec nous. Il faut souligner, par ailleurs, que ce groupe n’est constitué que de bonnes personnes. » En attendant la reprise de la compétition, il a fallu s’occuper. « J’ai pu aller patiner une fois par semaine au Canada. J’ai fait un peu de physique, j’ai couru dans la neige. »

La reprise des entraînements était fixée au 4 janvier. Qu’on se rassure : Brendan n’a pas eu le temps de s’ennuyer. Sous son casque de hockey (ou sa casquette), il cache une passion dévorante pour... les marchés boursiers ! Cela dure depuis l’adolescence. « J’avais à peu près 13 ans, raconte-t-il, quand mon père, qui gérait plusieurs restaurants de la franchise Subway au Québec, m’a expliqué le fonctionnement de la Bourse. Comment ça se passe, quand, comment et pourquoi investir. Je me suis penché sur la question parl a suite. J’ai même travaillé dans une banque. J’aime suivre les cours de la Bourse, investir et réaliser des opérations sur le marché américain. J’adore aussi les édifices et l’histoire. De ce côté, vous êtes plutôt bien servis en France !, rajoute-t-il. À Nantes et aux alentours, j’ai tout ce qu’il faut pour me régaler. » Il ne serait pas étonnant de le croiser près du Château des ducs de Bretagne entre deux séances. S’il lui reste suffisamment d’énergie pour arpenter le pavé nantais ! « On va dire que la reprise a été plutôt rude mais on s’y attendait. Une chose est sûre : le plaisir est toujours là aux entraînements."