fbpx
L’actualité du sport nantais, 100% GRATUIT Version papier & numérique
Slider

Coupe de France (32éme de finale) : FC Nantes 2 - 4 RC Lens (1-3)

La coupe est pleine... pour les amoureux du FC Nantes. 16 matches sans victoire et un unième  entraineur - le 3éme de la saison, 46 jours seulement après la nomination du précédent : décidément ce FC Nantes ne tient pas la route. Pas plus celle du championnat que d'une épreuve de coupe de France dont on espérait qu'elle puisse les transcender.

La magie de la coupe n'a donc pas opéré davantage que les 7 changements par rapport au match perdu contre les lillois. Tout avait pourtant bien commencé avec une belle action collective initiée par Kolo Muani et conclue par Bamba. 3 minutes de court bonheur avant l'égalisation lensoise suivie 9 minutes plus tard d'un deuxième puis d'un troisième but. Après la mi-temps, Patrick Collot -coach du jour en remplacement de Raymond Domenech testé positif au COVID et démis de ses fonctions - tentait un tour de magie en faisant rentrer Merlin, l'enchanteur. Le jeune Quentin 18 ans -qui aurait déjà du rentrer lors du match contre Monaco- signait ainsi sa première titularisation en équipe professionnelle. Placé au milieu, volontaire, le jeune espoir nantais participait à la réaction des canaris et exprimait une partie de son potentiel.

Mais le vrai coup de théâtre (ou de cirque) de la soirée demeurait l'éviction de Raymond Domenech et l'arrivée d'Antoine Kombouaré comme pompier de service. Peut-être  le dernier Joker pour le propriétaire polonais du FC Nantes.