fbpx
L’actualité du sport nantais, 100% GRATUIT Version papier & numérique
Slider

Le HBC Nantes et son coach, Alberto Entrerrios, ont cinq semaines capitales devant eux. Ils veulent se rapprocher des meilleurs.

Avez-vous le sentiment qu’un poids particulier pèse sur vos épaules ou qu’il y a une épée de Damoclès au-dessus de vos têtes ?

Alberto ENTRERRIOS : Avec tous les points à la con (sic) qu’on a perdus, on n’a pas le droit à la moindre erreur. Cette année, on en a déjà laissé filer trop. La pression, nous l’avons à chaque match, y compris contre Ivry ou Créteil. Quand tu joues à Nantes, tu connais l’importance de chaque rendez-vous. Pour coller aux ambitions, on ne peut pas se louper. Pas seulement à l’approche d’une échéance contre Kielce (ndlr : le H s'est qualifié) ou Paris (25 avril). Maintenant, j’aimerais que la pression, on la mette sur les épaules de nos adversaires. Qu’ils nous regardent dans leur rétroviseur et nous voient foncer sur eux.

Les objectifs du H restent les mêmes ?

Il faut tenir jusqu’au bout. Il reste beaucoup de matches. Au final, avec le retard pris à cause des reports, on se retrouve à peu près à mi-saison fin mars (ndlr : 16 matches joués sur les 30). Il faut montrer qu’on veut aller encore plus haut. (Le H est 3éme avec 26 points, 8 points de retard sur le 2éme Montpellier qui compte 2 matches d'avance - Voir le classement complet (cliquer) ). On regarde devant, clairement. On a des adversaires à rattraper, sans parler de Paris. Il y a Aix et Limoges (4éme et 5éme avec 22 points) qui, durant la 19e journée, ont chuté, respectivement contre Chambéry et Saint-Raphaël), sans oublier Montpellier. Si on veut recoller, il faut déjà battre tous ceux qui sont derrière nous. C’est ce qu’on a fait avec Créteil et Nîmes.

La victoire face aux Gardois a été obtenue avec beaucoup de combativité et d’engagement. Un tournant pour la suite ?

Je l’espère. (ndlr : Nantes s'est imposé par la suite contre Rennes 25 à 21 et s'est qualifié contre Kielce en Ligue des Champions). Quand tu gagnes un match en te battant de la première à la dernière minute, cela te prouve pas mal de choses et ça te met dans le bon rythme. C’est une libération. On a supporté le poids des responsabilités, les joueurs ont pris les choses en main. Après cette victoire, il ne me manquait rien pour être pleinement satisfait.

Après la trêve internationale, certains de vos internationaux ont semblé émoussés…

Il est toujours compliqué de se remettre rapidement dans d’autres systèmes de jeu, avec d’autres objectifs. Certains, comme Kiril (Lazarov, l’arrière droit macédonien), sont rentrés plus fatigués aussi. Mais c’est le jeu après ce genre de période, surtout quand une sélection donne tout pour décrocher une place aux Jeux Olympiques. Le report du match de Tremblay pour cause de Covid-19 (ndlr : il est prévu pour l’instant le 5 mai prochain) n’est pas si problématique, cela permet de récupérer un peu plus.

Propos recueillis par Gaëlle LOUIS fin mars

Prochain match : Toulouse Nantes le 10 avril