fbpx
L’actualité du sport nantais, 100% GRATUIT Version papier & numérique
Slider

Merci le H. Après la team "Rose" rebaptisée "Neptunes" la semaine passée -on y reviendra- l'équipe du HBC Nantes a porté haut les couleurs du handball nantais sur la scène européenne. Nantes capitale continentale du Hand.

On aurait tous aimé voir nos valeureux "Htlètes" réussir l'impossible exploit de battre l'équipe catalane -c'était déjà la finale- puis dans la petite finale, battre à nouveau le PSG. Cela n'est pas passé si loin que cela. Mais ce sera pour la prochaine fois. Merci. On a aimé et partagé avec vous des émotions très fortes, ce match contre Barcelone durant lequel pendant 45 minutes vous avez fait douter le futur champion d'Europe. Merci les violets. Merci Cyril et Rock. On ne vous oubliera pas.

Propos recueillis par Gaëlle Louis, sur place à Cologne :

Alberto Entrerrios : Les difficultés face à Barcelone, on les a rencontrées tout le long du match, pas seulement dans le dernier quart d'heure. Nous n'avons pas joué au niveau suffisant pour les contrarier, même si je sais que les gars y ont mis toute leur envie et tout leur cœur. Il fallait être plus précis dans tout ce que ne faisions, en particulier en attaque. On connaissait leurs points forts... Soit on ne trouvait pas les solutions, soit lorsque nous les avions, Gonzalo trouvait la parade ! Il y a eu sur ce match un gardien de très haut-niveau, car Emil a réalisé lui aussi une grosse performance. J'ai eu vraiment le sentiment que nous jouions bien par moment, mais face à ce genre d'équipe, cela ne suffit plus. Il fallait être à notre niveau sur soixante minutes, voir même au-dessus pour espérer gagner.

Briet : Je souhaite tout d’abord féliciter le Barça qui confirme qu'elle est vraiment la favorite de cette édition 2021. Sur cette demi-finale, le constat est que les Barcelonais ont été meilleurs que nous … pourtant, à la mi-temps, on était là où l’on souhaitait être à savoir dans leur roue, sans jamais être trop dépassés au score et leur laisser les manettes. Ensuite, je me demande vraiment comment on pu avoir une si longue durée d'égalité à 17-17. Mais ce que je sais, c’est qu’ensuite, cela s’est accéléré très nettement et on a vraiment cravaché pour tenir la cadence. Tout va très vite sur la fin de match mais on ne peut pas dire que le tournant se fait dans les dix dernières minutes. En première mi-temps, on gâche trop d’opportunités au shoot. Alors fatalement, les ballons sont récupérés et nous on cavale derrière, on lâche beaucoup d’énergie. Je suis évidemment extrêmement déçu de louper la finale. Le point positif c’est que malgré beaucoup d’émotions lorsque je suis rentré sur le parquet, cela ne m’a pas submergé. J’aurais pu être complètement bouffé par la pression et cela a été plutôt bien contrôlé.