fbpx
L’actualité du sport nantais, 100% GRATUIT Version papier & numérique
Slider

"Le sport nantais dans tous ses états" : c'est ce qu'annonçait la une de notre édition du mois de juin. Un titre bien choisi, presque prémonitoire.

Il flotte comme un air de révolution douce en ce mois de juin dans la deuxiéme ville la plus sportive de France. Tellement douce qu'elle passerait presque inaperçue. Enfin, ça dépend pour laquelle. Et pourtant, ce qui se passe actuellement dans la vieille cité des Ducs n'est pas anodin. L'effet COVID ? Le bon sens et le pragmatisme ligérien ? L'intelligence collective ? Un peu de tout cela sans doute.

Il y a évidemment pour commencer cette initiative annoncée le 4 juin  par "le collectif nantais" incarné par Philippe PLANTIVE et Mickaël LANDREAU, avec le soutien de l'ensemble des grandes associations nantaises de supporters. Douce, réfléchie, innovante, constructive n'en déplaise à certains qui ont voulu "associer" l'initiative à celle d'une bande d'abrutis venus au stade pour faire du n'importe quoi. Un acte dénoncé sans ambiguité par le collectif de supporters. Et 2 semaines après l'appel à contribution, plus de 12 millions d'euros récoltés par le collectif. Une initiative relayée par les supporters avec l'appel "On est Nantes" lancé aux Citoyens Jaune et vert. Et 24 heures après le lancement de la pétition à signer en ligne, déjà plus de 5 000 signatures. Soit 4 signatures à la minute, nuit comprise.  Pas encore de quoi remplir le stade. Mais à ce rythme un rendez-vous donné dans une semaine pour mieux mesurer l'impact et l'adhésion réelle des supporters nantais.

Il y eut aussi, en avril dernier l'annonce d'une fusion historique entre le Nantes Rezé Basket et le Cercle Saint-Paul de Rezé. Deux clubs qui portent haut depuis plusieurs décennies le basket féminin de haut niveau sur la métropole nantaise. Et qui ont décidé d'unir après une saison difficile, leurs énergies pour bâtir un projet en commun. Un bel exemple ou l'intérêt collectif et le partage des valeurs sont passés avant les intérets ou les frustrations personnelles. Bravo.

Il y eut enfin hier, pour une conférence de presse annoncée d'exceptionnelle -on confirme- le rapprochement annoncé entre les deux plus grandes équipes de sport féminin nantais : l'ex NAHL -Nantes Atlantique Hand-Ball- champion d'Europe 2021 et dans le haut du championnat national et le VBN -Volley-Ball Nantes- durablement installée dans le TOP 3 du championnat français depuis plusieurs années et comptant aussi parmi les meilleures équipes européennes. Deux équipes désormais réunies sous l'identité des "Neptunes de Nantes", et du fameux trident associé au dieu éponyme, Dieu des eaux vives et des sources, tout un programme. Avec aux manettes le groupe Réalités et son ambitieux président, Yoann Choin-Joubert. Et une évidence : on est sur une autre planéte.

Voilà, on aurait pu aussi vous parler du rapprochement du CREPS avec le CENS sur le site de la Jonelière. Deux établissements dédiés à la formation sportive et intellectuelle des jeunes athlétes. Le CENS, cette "école à l'envers"  créée par le FC Nantes et Jean-René Toumelin, Jean-Claude Suaudeau et Max Bouyer. On aurrait pu aussi vous parler de la venue sur le même site du Nantes Métropole Futsal, avec de grandes ambitions pour faire décoller ce sport encore trop méconnu.

Une révolution douce - et le mois de juin n'est pas encore fini- avec, c'est certain, le sport nantais dans tous ses états.