fbpx
L’actualité du sport nantais, 100% GRATUIT Version papier & numérique
Slider

Avant de recevoir l'OGC Nice ce dimance à 17h au stade de la Beaujoire, Ludovic Blas s'est confié en conférence de presse. Le mercato, le coach Kombouaré, l'ambiance au sein du vestiaire, le numéro 10 nantais n'a esquivé aucun sujet. 

 

Le match face à Nice 

C’est la meilleure attaque, c’est une grosse équipe tout comme Lyon. On sait très bien qu’ils se projettent vite vers l’avant. 

 

L’efficacité devant le but

Ça se travaille au quotidien à l'entraînement. Mais le point positif, c’est que l’on se procure des occasions. Il faut se mettre en confiance en début de saison. J’ai marqué contre Metz mais pas sur une frappe. Il me faut un petit déclic et un premier but qui comme pour tout le monde est libérateur. Randal, lui, a déjà marqué, Moses est décisif, je ne me fais pas de soucis. 

 

Les convoitises

Je n'ai pas forcé les choses. Si j’avais vraiment voulu partir, j'aurais pu faire beaucoup plus de bruit. C’était un mercato, c’est normal que ça parle, c’est logique ! Avec la bonne fin de saison que j’ai réalisée, c’est normal que ça puisse attirer les convoitises. Dans ma tête je n’avais pas le souhait absolu de quitter Nantes, donc je suis content d’être là. 

 

Le groupe presque inchangé

Le fait que tout le monde soit resté est un plus pour l’équipe. On a les automatismes. On s’est toujours bien entendu. On a vécu une saison compliquée, ce qui a contribué à tisser des liens entre nous. On est peut-être plus forts que la saison dernière. Les arrivées de Wylan (Cyprien) et Willem (Geubbels) peuvent aussi nous aider. L’un va nous apporter son expérience et l’autre sa fougue et sa jeunesse. On prend ! Ça va nous aider à faire une bonne saison. Il ne faudra pas douter ou se mettre de pression. On va travailler et ça va venir tout seul.

 

Le changement d’état d’esprit

Le groupe vit mieux. La saison dernière était plus délicate. La clé c’est de se parler, l’entraide et d'améliorer la communication entre nous. Écouter les cadres et laisser les jeunes s’épanouir dans ce groupe-là. Quand on enchaîne les défaites, l’ambiance est un peu morose dans le vestiaire. Même si on s’encourage bien sûr. Il faut le vivre pour comprendre ce que c’est. Il ne fallait pas baisser la tête. Les discours ont changé … On est passé d’un discours mobilisateur, d’encouragements, pour ne pas baisser la tête à un message qui vise à tirer le meilleur de chaque joueur pour que l’on soit le plus décisif possible. Depuis l’arrivée du coach, on a lancé une dynamique qui est assez intéressante. On a trouvé un capitaine (ndlr : Lafont) qui donne de la voix. L’épreuve de la saison dernière a permis de dégager des leaders, des joueurs qui peuvent prendre la parole. Moi-même je me suis découvert cette « vocation ». Je me sentais obligé de faire quelque chose pour cette équipe et pour ce club. Je sais ce que c’est que de lutter pour le maintien pour l’avoir connu avec Guingamp. J’ai essayé d’être là pour ceux qui doutaient et qui ne connaissaient pas ce type de situations. C’est beaucoup de pression … Vous jouez pour l’avenir d’un club. Malgré les épreuves, personne n’a lâché ! Ces choses-là marquent. 

 

 Son poste de prédilection

Je suis un joueur d’axe. J’aime bien faire jouer mes coéquipiers. J’ai joué sur les côtés où on me demande de percuter mais ce n’est pas un problème. J’ai toujours dit que dès que je suis sur le terrain, je suis content. 

 

Le coach Kombouaré

Il m’a permis de franchir des paliers. On a travaillé ensemble à Guingamp. C’est quelqu’un d’assez particulier qui sait faire travailler ses joueurs. Il a toujours été derrière moi, même à Guingamp. Il sait ce qu’il me reste à travailler. Mais avec l’ensemble des coaches qu’il y a eu ici, et il y en a eu beaucoup (sourire), on prend chaque petit conseil de chaque entraîneur pour progresser. Antoine Kombouaré aime bien communiquer avec ses joueurs. C’est quelqu’un d’intransigeant. Il te donne sa confiance, c’est quelqu’un de droit … Il faut lui rendre la pareille et tu ne peux que progresser.

 

Quels objectifs personnels cette saison ?

Je ne suis pas un joueur de statistiques ! Je cherche à faire jouer mon équipe. L’avant-dernière passe, c’est ce qui m’intéresse. L’année dernière, je me suis découvert un rôle de buteur. Ce qui compte pour moi, c’est plus la qualité de mes passes, de mon jeu et de mon investissement sur le terrain. S’il y a un grand « Ludo » sur le terrain, on ne peut faire que des bonnes choses avec cette équipe. Je laisse Randal et Moses inscrire 10 ou 15 buts, et moi 1 but ça m’ira très bien (rires).