fbpx
Diapositive 1
L’actualité du sport nantais, 100% GRATUIT Version papier & numérique

CETTE SAISON ENCORE, NANTES SPORT VOUS PLONGE DANS LES COULISSES DU CENTRE EDUCATIF NANTAIS POUR SPORTIFS (CENS), IMPLANTÉ À LA JONELIÈRE. RECONNU POUR SA PROPENSION À ACCOMPAGNER LES ÉLÈVES DANS L’OBJECTIF DE RÉUSSITE DU DOUBLE PROJET SPORTIF ET ACADÉMIQUE, L’ÉTABLISSEMENT PROPOSE UNE FORMATION SCOLAIRE GÉNÉRALISTE ET TECHNIQUE ADAPTÉE AUX EXIGENCES DU SPORT DE HAUT NIVEAU. ENTOURÉS DE VERDURE, LES TALENTS EN HERBE Y BÉNÉFICIENT D’UN SUIVI SUR-MESURE. IMMERSION DANS CETTE PÉPINIÈRE DE CHAMPIONS, INCARNÉE CE MOIS-CI PAR LOMANE VALADE, CHAMPIONNE DU MONDE D’OPTIMIST 2021.

Lomane Valade, 14 ans Au SNO depuis 2019, Championne du monde d’Optimist 2021, Classe de Seconde au CENS

"J’ai commencé la voile à St-Malo à l’âge de 6 ans durant un stage d’été. Nous venions de débarquer de Dijon avec mes parents, et ma mère m’y avait inscrit pour que je découvre à mon tour cette activité qu’elle avait elle-même pratiquée avec ses grand-parents. J’ai tout de suite adoré. Les sensations d’être sur l’eau d’abord. Et puis l’ambiance, tout ce temps qu’on passe au club. J’avais déjà eu la chance de tester pas mal d’autres activités sportives avant comme le tennis, l’équitation, le rugby. Mais j'ai dit à ma mère : « Inscris-moi à l’année ! ». Mon premier bateau, ça a été l’optimist. J’en ai pratiqué 8 ans. Jusqu'à ce titre de championne du monde obtenu en juillet dernier en Italie pour ma première année au club du SNO et avec entre-temps 3 titres de championne de France. Depuis la rentrée, je navigue sur un 420, un bateau deux fois plus grand et plus rapide et sur lequel on est deux. Un barreur et un équipier. Moi, j’ai le rôle de l’équipier. Je gère l’avant du bateau, l’équilibre, le foc et le spi et la tactique. Ce ne sont plus les mêmes sensations qu’avec mon Optimist.

lomane

Il y a beaucoup de choses nouvelles à réapprendre. La voile, c’est très technique. Il y a beaucoup de gestes à réaliser. Un seul petit geste raté peut avoir beaucoup de conséquences. C’est une discipline qui est exigeante sur le plan mental, qui demande une remise en question permanente. Et moi, j’aime ça. Parce que j’ai un esprit compétitif et que je veux toujours m’améliorer. Cela fait partie de ma personnalité. Après mon point fort, c’est ma capacité à lire un plan d’eau. A lire les courants, sentir où le vent est le plus fort. C’est quelque chose qui s’apprend et qui se sent, les deux à la fois. Après ce qui fait la différence, c’est l’expérience et le talent. Depuis que j’ai intégré le CENS, je sens bien que je monte en puissance. C’est une super structure : un accélérateur de réussite. L’année passée, j’apprenais dans un collège normal avec la voile seulement le mercredi en semaine, puis le week-end. Maintenant, je passe plus de 20 heures sur l’eau. Cela est rendu possible par un emploi du temps scolaire adapté et beaucoup plus léger. Les études sont très importantes pour moi, même si -à 14 ans- j’ai du mal à me projeter sur ce que je veux faire plus tard. Mais ce qui est certain, c’est que contrairement à d’autres sports, on ne peut pas vivre de la voile.

lomane3

Donc, étudier est essentiel. Au CENS, les conditions sont idéales avec une classe de 7 élèves, des profs incroyablement disponibles pour nous. Et un lien permanent entre les coachs du club et nos enseignants. Puis je ne suis pas seule. On est 7 du club à être au CENS. C’est motivant comme de pouvoir partager avec d’autres sportifs de la passion qui nous anime. Après, mener les deux de front ensemble, cela reste intense. Il faut gérer. Je suis interne au CREPS à 400 mètres du CENS. C’est l’idéal. Mais à 14 ans, loin de sa famille, cela reste un certain sacrifice, même si c’est quelque chose dont je rêvais depuis toute petite. C’est une étape. Il y a encore beaucoup de travail pour accéder à mes autres rêves : participer un jour aux Jeux Olympiques. Puis pouvoir -comme Armel Tripon et Benoit Marie*, deux skippers licenciés au SNO comme moi- disputer des courses au grand large. "

(Lire l’article sur les 2 skippers nantais qui viennent de terminer la Transat Jacques Vabre : article sur la Transat Jacques Vabre d'Armel Tripon et Benoît Marie)

https://www.cens44.fr/