fbpx
Diapositive 1
L’actualité du sport nantais, 100% GRATUIT Version papier & numérique
Quand le FC Nantes et l'ASSE étaient les 2 grandes équipes françaises

Le FC Nantes affrontera samedi soir pour le dernier match de la saison l'équipe de l'AS St-Etienne. Un match qui, s'il ne changera rien pour une équipe nantaise auteur d'un parcours magnifique en coupe de France et plus qu'honorable en championnat de France- aura une dimension beaucoup plus dramatique pour des stéphanois sous le couperet d'une relégation en ligue 2.

Nantes et St-Etienne, deux équipes qui ont fait les beaux jours du football français dans les années 70. Retour sur cette période.

La première confrontation entre les jaunes et les verts se déroule un certain 15 janvier 1960. José Arribas vient de prendre en main l'équipe du FC Nantes qui évolue en deuxième division. Les nantais affrontent à Angers en match de coupe de France l'équipe Stéphanoise, pensionnaire de Division 1. Au terme d'un match perdu 1 à 0 par les nantais avec dans l'effectif un certain Suaudeau, Arribas concédera " la victoire logique des verts même si cela s'est joué sur un coup de dé. (...) constatant que ses joueurs ont été contractés par l'enjeu du match et le renom de l'équipe."

Cliquer sur le lien pour : en savoir plus sur l'histoire du FC Nantes dans les années 1960

ASSE et FCN : 15 titres sur 20 possibles

Nous sommes en 1962-1963. Les stéphanois sont redescendus en deuxième division et retrouvent les nantais pour une saison qui fera naître la rivalité et la légende. Nantes est champion d'automne, mais les stéphanois finissent premiers avec pour dauphin, Nantes. Les deux équipes accèdent à la première division. Pendant les deux décennies à venir, les jaunes et verts vont écrire les plus belles pages de l'Histoire du football hexagonal, remportant 15 titres de champion de France sur les 20 possibles.

1970 : une finale de coupe de France cauchemardesque

Sept ans ont passé. Les stéphanois ont remporté le titre en 1964, 1967, 1968, 1969 et 1970. Les nantais ont gagné en 1965 et 1966. Les deux équipes se retrouvent en ce 30 mai 1970 à Colombes pour la finale de la Coupe de France. Un trophée que les nantais n'ont jamais gagné. José Arribas y croit. Sa femme, Mamita, qui porterait la "poisse" est invitée à suivre le match dans un café à l'exterieur du stade*. Elle y reviendra cependant à la mi-temps car les jeux sont déjà faits. Nantes prend une "volée" qui marquera fortement l'entraineur nantais. Parizon, Béretta, Herbin et Rebelli sont passés par là. Mais Nantes a gagné le droit de disputer la coupe d'Europe, ce qui fait écrire à un certain Pierre Briand alias Achille Tendon :"La kermesse héroïque : à tous les coups on gagne !"

 

1977 : St-Etienne empêche le doublé

Jean Vincent vient de remplacer José Arribas. Mais l'identité du "jeu à la nantaise" est bien installée. Pour sa première saison, le néo nantais et son équipe de 24 ans de moyenne d'âge remporte le titre. Le 4éme du FCN. Un titre acquis plusieurs journées avant la fin du championnat. Presse Océan dans une édition spéciale "FCN Champion" titre en première page : "Les CANARIS prennent le relais des verts". Les nantais y croient. Les voilà opposés en demi-finale de Coupe de France à St-Etienne. Les canaris par Loïc Amisse et Patrice Rio infligent aux verts un cuisant 3 à 0. "Les petits jaunes ? Ils sont trop verts disait-on partout des nantais", se gausse un journaliste. Le doublé est à portée de pied. Mais les "diables verts" réalisent une performance hors du commun au match retour avec un 5 buts contre 1. Une "verdata" qui laissent de gros regrets et nourrit aussi quelques doutes.

Nantes et St-Etienne : des modèles similaires mais...

Si Nantes et Saint-Etienne se ressemblent sur certains points - un président qui préside, un entraineur qui entraine et un directeur sportif qui s'occupe du reste- et la priorité à la formation et aux joueurs du cru -à la différence de Marseille qui dés cette époque préfère le culte de la vedette- ils se distinguent cependant sur le projet sportif. Roger Rocher, le Président est un homme qui veut gagner coûte que coûte. Peu importe la manière. Un Bernard Tapie avant l'heure avec tous ses excès. Ses joueurs lui ressemblent, à l'image de St-Etienne, ville industrieuse et de ses mines du Forez. Le jeu stéphanois est rude, engagé. On ne lâche jamais rien. Du côté de Nantes, le raisonnement est tout autre et se nourrit d'abord du terrain et d'une certaine idée du jeu, initié par José Arribas, puis repris et enrichi par ses successeurs. "Le jeu est posé en idéal. Il doit logiquement amener à la victoire". Le projet plus complexe, ne se réduit pas à la compétition et au résultat coûte que coûte. Peut-être l'une des raisons pour laquelle Nantes ne rivalisera jamais avec les verts sur le plan européen.

 Écouter 100% canaris sur le même sujet

ffse2

Après les années 1980, l'arrivée de l'argent dans le football. La fin de la rivalité

Au milieu des années 80, l'arrivée de l'argent bouscule les équilibres. Il en est fini de la domination sur le championnat des jaunes et des verts. Bordeaux, Marseille deviennent les équipes référentes.

  * confidences du fils de José Arribas recueillies auprès de sa maman

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Nantes contre St-Etienne : 80 confrontations en championnat de 1ére division (ou ligue 1) et avantage aux...

Et un net avantage aux nantais avec 36 victoires, 23 matches nuls et seulement 18 défaites.

A domicile, les nantais ne se sont inclinés que 3 fois face aux verts. Et ont remporté 24 matches et fait 10 matches nuls.

Toutes les stats des confrontations Nantes St-Etienne