fbpx
En répondant avec force au défi « marche ou crève », les Déferlantes ont prouvé qu’elles avaient les épaules suffisamment larges pour espérer décrocher le maintien en fin de saison. Mais la route s’annonce encore (très) longue…
De nouveau vainqueur certes, mais toujours bloqué en dernière position, le NRB préfère regarder devant. D’autant que la ligne d’horizon marquant la fin de cette phase régulière est encore hors de portée, 7 rencontres restant au programme pour les Déferlantes (Charnay, sorti de la zone rouge, compte une rencontre supplémentaire disputée, NDLR).
 
Mathématiquement parlant, cette victoire contre Tarbes semble ne pas avoir changé grand-chose, mais pourrait compter si les deux équipes venaient à se retrouver en playdowns*. Seul point positif pour le TGB : son point-average est préservé (+12 à l'aller, 74-62), reste que Monroe et les siennes se sont plus que jamais assurées qu’elles avaient les moyens de tenir en échec celles qu’elles retrouveront très certainement en mai, pour ce terrible mini-championnat entre mal-classées. François Gomez, le coach tarbais, a donc eu un aperçu du paramètre « bascule » côté nantais : « Le NRB a cette envie générale que nous n’avons pas. Pas une seule n’est passée à côté de ce match ! »
 
Merve Aydin : « Se faire mal, pour aller chercher la performance »
L’ancien de la maison a très clairement soulevé ce qui pourrait déterminer la suite des aventures, confirmant ce que son homologue Emmanuel Coeuret aura dit et répété : pour s’en sortir, il aura besoin de chacune. « De toute façon, en regardant le calendrier de mars, il est évident que nous ne croiserons que des équipes mieux positionnées que nous, alors autant y mettre les mêmes ingrédients », sourit, lucide, le stratège du NRB. Recevant Landerneau et Villeneuve, qui voudront s’accrocher à leur Top 8, et rendant visite au leader Lyon et à un Basket Landes se régalant sur la scène européenne, les Déferlantes resteront focalisées sur leur cas. « Évidemment que nous sommes heureuses de nous retrouver, de nous battre, de rire et d’avancer ensemble, malgré toutes les épreuves qui se trouvent sur notre route », glisse stoïquement la meneuse turque Merve Aydin. « Nous sommes concentrées sur une seule chose : avancer en gagnant, malgré la situation qui est clairement très compliquée pour nous. Il faut que l’on accepte de se mettre dans le dur, de se faire mal pour aller chercher la performance. Il n’y a pas d’autre chemin possible, dans le contexte actuel…»
*Les équipes classées de 9 à 12 à l'issue de la saison régulière participent aux playdowns. Les résultats acquis entre ces équipes lors de la saison régulière sont conservés pour établir un classement intermédiaire.
 
Crédit photo : Gaëlle Louis