fbpx
L’actualité du sport nantais, 100% GRATUIT Version papier & numérique
Slider
Zoom sur les perfs’… et les contrats des Canaris

« Dans ces conditions, le foot est bien dérisoire ». La phrase est signée Christian Gourcuff, contraint comme toute la planète ballon rond de mettre entre parenthèses sa passion, le temps de balayer ce satané COVID-19. Oui, mais après ? Pour tenter de garder un brin de visibilité, on a profité de cette « trêve » (par défaut…) pour dresser un premier bilan sportif de la saison traversée par chaque Canari…

et éplucher leur situation contractuelle. Une donnée qui devrait rapidement s’inviter dans les débats. On imagine d’ailleurs que les décideurs nantais profitent du confinement pour plancher minutieusement sur chaque dossier. Car vite, très vite, il faudra dessiner les contours de l’effectif 2020-2021…

 GARDIENS DE BUT

Denis Petric
Intronisé comme doublure de Lafont, le portier slovène savait qu’il allait hériter des miettes.

Paradoxalement, il a eu droit à un gros gâteau pour sa seule et unique apparition : une titularisation face au PSG, début février ! A la clé : 2 buts concédés certes, mais aussi des interventions remarquées devant des clients comme Icardi ou Mbappé (4 ballons détournés). Expérimenté, il assure au quotidien un rôle de « grand frère » à La Jonelière, en encadrant le tandem Lafont-Olliero (22 ans de moyenne d’âge).
Ses stats en L1 cette saison : 1 match disputé, 2 buts encaissés
Fin de contrat au FCN : juin 2021
Valeur estimée sur le marché : 250 000 euros
*

Alban Lafont

En enfilant le costume de numéro 1 incontesté, il rêvait de s’offrir un sursaut… pour éventuellement s’inviter cet été aux JO, avec les Espoirs. Pour le grand bain olympique, il faudra donc patienter une année supplémentaire, toujours sous la tunique jaune et verte (prêté jusqu’en juin 2021 par la Fiorentina, option d’achat fixée à 7M€). L’ancien Toulousain est monté en puissance avec le FCN, pour retrouver des standards dignes de son rang (10 clean-sheets en L1, 70% de tirs arrêtés). Surtout, à 21 ans, Lafont est le gardien le plus bankable de sa génération, derrière le très coté international italien Gianluigi Donnarumma (AC Milan). Parlant.
Ses stats en L1 : 27 titularisations, 29 buts encaissés
En prêt jusqu’à juin 2021 (option d’achat : 7M€)

Valeur : 12 M€

Alexandre Olliero
A la fin de l’automne, le Rochelais est passé du rire aux larmes. Titularisé en Coupe de la Ligue, il a participé à la fessée infligée au Paris FC (8-0)… avant de prendre une claque, en 8e de finale. Coupable d’une faute de main face à Strasbourg, son erreur a précipité l’élimination nantaise (0-1). Il a assumé à chaud, tout en sachant que cet épisode marquait sans doute le clap de fin de « sa » saison. Arrivé en 2013 et malgré un contrat au long cours, son avenir semble s’écrire en pointillés. Gourcuff lui a préféré Petric lors de la réception des Parisiens et il faudra composer cet été avec le retour de prêt de Maxime Dupé (prêté à Clermont, lié au FCN jusqu’en juin 2021). Derrière Lafont, il faudra donc trancher.
Ses stats cette saison : 180 minutes en Coupe de la Ligue, 1 but encaissé
Fin de contrat : juin 2023

Valeur : 500 000 €

DEFENSEURS
Fabio
On le pressentait : le 25 octobre dernier, le FCN a perdu bien plus que son premier match à domicile face à Monaco (0-1), avec la rupture du tendon rotulien de Fabio. Coupé de son joueur le plus expérimenté sur les ailes, le collectif nantais a pu mesurer l’impact de son absence. L’international auriverde (2 sélections) a repris la course avant le confinement, signe que cette saison quasi blanche est derrière lui. Dans la force de l’âge à 29 ans, l’ancien Mancunien regarde droit devant, animé par une envie décuplée d’aborder en toute sérénité sa 3e saison nantaise cet été.
Ses stats en L1 : 10 titularisations
Fin de contrat : juin 2021
Valeur : 2,80 M€

Dennis Appiah
Il a débarqué à Nantes en juin dernier, accueilli par une double marque de confiance : première recrue enregistrée et un bail s’étirant sur 4 ans. D’abord en mode diesel dans une L1 qu’il apprenait à redécouvrir (1ère titularisation lors de la 7e journée), l’ancien Monégasque a signé des débuts encourageants (à Lyon par exemple), avant paradoxalement d’afficher régulièrement certains manquements. Aligné à 18 reprises dans le onze de départ, son irrégularité interpelle. Capable de signer un sans-faute à Geoffroy-Guichard (100% de duels aériens gagnés), il pèche offensivement. Une stat est particulièrement évocatrice : cette saison il a réussi… 2 centres, pour 30 ratés (6% de centres réussis). Régler la mire : sa priorité est toute ciblée.
Ses stats en L1 : 19 matches (18 titularisations)
Fin de contrat : juin 2023
Valeur : 1,75 M€

Nicolas Pallois
Le capitanat ? Il lui revient de droit ! S’il alterne le brassard avec Touré, cette nouvelle responsabilité lui va à merveille, lui, l’élément le plus capé de l’effectif (166 matches de L1 au compteur à 32 ans). Un costume qu’il endosse avec panache, puisqu’on l’a par exemple vu hausser le ton sur ses coéquipiers à Angers, à commencer vis-à-vis d’Appiah et… Touré, justement capitaine ce soir-là. Loué pour sa combativité par son coach, adoré par les supporters, le « roc » a trouvé à Nantes un univers qui lui sied. La preuve : en mai 2019, il a rempilé avec les Canaris pour 2 années supplémentaires !
Ses stats en L1 : 21 titularisations
Fin de contrat : juin 2022
Valeur : 2,5 M€

Molla Wagué
Difficile de cerner le véritable potentiel de l’international malien (9 rencontres disputées). En fait, sa trajectoire rappelle celle d’Edgar Ié, la saison passée (9 titularisations sous le maillot nantais), lui aussi apparu par intermittence. Surtout, Wagué est aujourd’hui éclipsé par la complémentarité du duo Pallois-Girotto. Délicat dans cette situation de se démarquer, il faut dire aussi que sa première titularisation à Lille ne plaidait pas pour lui… sa dernière non plus, avec 3 buts concédés à Dijon, sans oublier un rouge récolté à Metz. Il lui reste désormais un peu plus de 2 ans de contrat pour s’affirmer. Avec puissance, l’un de ses atouts caractéristiques.
Ses stats en L1 : 9 matches (8 titularisations)
Fin de contrat : juin 2022
Valeur : 1 M€

Charles Traoré
Doublure de Lucas Lima lors du précédent exercice (13 titularisations), l’international malien (3 capes en sélection) a vu son temps de jeu quasiment doubler (20 titularisations avant le confinement). A 28 ans, l’ancien Troyen a donc endossé un costume de « number one » sur le poste de latéral gauche, il faut dire que Gourcuff ne dispose pas non plus d’énormément d’alternatives (Fabio ou Moutoussamy ont ponctuellement dépanné). Doté d’un sérieux volume de jeu, Traoré est à créditer d’une passe décisive cette saison (pour Coulibaly, à La Meinau)… consécutive à une glissade. Sans doute l’illustration de son manque – régulier - de tranchant offensivement (15% de centres réussis). En février dernier, le numéro 14 des Canaris a étiré son bail sur 2 saisons supplémentaires.  
Ses stats en L1 : 20 titularisations, 1 passe décisive
Fin de contrat : juin 2023
Valeur : 3 M€

Andrei Girotto
En charnière, un Brésilien en a chassé un autre. Personne ne s’y attendait, Gourcuff l’a imaginé, et en quelques matches chrono, Girotto a (presque) fait oublier Diego Carlos. Un bémol tout de même : le « soldat » Andrei semble nettement plus à l’aise lorsqu’il évolue en binôme avec Pallois. Cette saison, le numéro 20 des Canaris a été à ce jour le Nantais à réussir le plus de tacles et son repositionnement a mis en exergue ses qualités de premier relanceur (85% de passes réussies en 25 rencontres), comme sa capacité à anticiper. A Dijon, il a égalisé sur le fil (3-3), énième indicateur de son état d’esprit combatif. Fin décembre, les dirigeants ont blindé le contrat du « Marquinhos nantais », en le prolongeant de 3 saisons.
Ses stats en L1 : 25 titularisations, 1 but
Fin de contrat : juin 2024
Valeur : 5 M€

Thomas Basila
Défenseur central formé à La Jonelière, l’international U20 tricolore a dû se déporter à quelques occasions sur le couloir droit, pour colmater les brèches. Il y a un an, son insouciance avait interpellé, lorsqu’il avait muselé Moussa Dembele (OL), pour sa première avec les pros (2-1, avril 2019, contre les Gones). C’est l’inévitable revers de la médaille chez un jeune qui lance sa carrière : cette saison, au fil de ses 7 apparitions, il a aussi affiché certains errements, notamment en matière de placement (erreurs d’appréciation face à Saint-Etienne puis Bordeaux, à La Beaujoire, 2 revers à l’arrivée). A bientôt 21 ans (fin avril), il reste toutefois un joker crédible.
Ses stats en L1 : 7 matches (3 titularisations)
Fin de contrat : juin 2021
Valeur : 2 M€
 

MAIS AUSSI…

Josué Homawoo (22 ans, défenseur central, Togolais, au FCN depuis 2015)
Ses stats en L1 : 45 minutes (à Dijon)
Fin de contrat : juin 2020
Valeur : 150 000 €
 

Wesley Moustache (21 ans, latéral gauche, au FCN depuis 2013)
Ses stats en L1 : 1 titularisation, 45 minutes (à Dijon)
Fin de contrat : juin 2021
Valeur : 150 000 €

Percy Prado (24 ans, latéral droit, Franco-Péruvien, au FCN depuis l’âge de 6 ans)
Ses stats en L1 : 3 matches (2 titularisations)
Fin de contrat : juin 2022
Valeur : 300 000 €

MILIEUX DE TERRAIN

Cristian Benavente
Une erreur de casting ? Arrivé dans un relatif anonymat l’été dernier, l’international péruvien (18 sélections, 2 buts) n’a depuis pas vraiment soigné sa cote de popularité nantaise. Certes, le meneur de poche est doté d’une belle patte gauche, à même de créer des décalages ou de se sortir du marquage. Des aptitudes soulignées lors de sa première titularisation, à Lyon en septembre dernier (succès 1-0). Problème pour le numéro 10 des Jaune et Vert : il n’évolue plus au Pyramids FC (Egypte), mais bien en L1, un championnat nettement plus exigeant tactiquement, mais surtout athlétiquement. Question intensité, le compte n’y est pas… surtout pour un joueur qui émarge à 100 000 euros par mois. L’ancien Merengue, cantonné à des bouts de match (aucune titularisation en 2020), ne devrait pas s’éterniser sur les bords de l’Erdre, puisqu’on imagine mal le FCN lever son option d’achat.
Ses stats en L1 : 12 matches (4 titularisations), 1 passes décisive
Fin de contrat : juin 2020 (prêté avec option d’achat)
Valeur : 4 M€

Mehdi Abeid
Arrivé libre l’été dernier, le joueur formé au RC Lens venait gonfler un entrejeu à réinventer (exit Eysseric, Boschilia, Evangelista, Rongier…). Visage familier de la L1 après 3 saisons dijonnaises, Abeid a depuis pu le mesurer : du DFCO au FCN il y a un certain gap. Entreprenant, mais pas toujours convaincant, son tandem avec Touré peine à s’affirmer. Il avait pourtant bien entamé 2020 en signant sa première réalisation à Sainté (0-2), mais ses pertes de balle sont parfois préjudiciables. Un double indicateur de son activité : Abeid est le Nantais taclant le plus souvent… mais aussi l’élément à commettre le plus de fautes (55). L’ensemble reste donc perfectible, en attendant, le Champion d’Afrique 2019 garde la confiance de Gourcuff (20 titularisations), un coach qui l’avait lancé en sélection algérienne en 2015. Le numéro 11 du FCN a sans doute laissé pas mal de jus lors du sacre des Fennecs à la CAN, en juillet dernier. Sans une préparation tronquée, on est déjà curieux de voir ce que donnera sa deuxième année nantaise…
Ses stats en L1 : 25 matches (20 titularisations), 1 but, 1 passe décisive
Fin de contrat : juin 2022
Valeur : 2,5 M€

Anthony Limbombe
« Rapatrié » à La Jonelière dès cet hiver, après un éphémère prêt au Standard de Liège (7 matches, 1 but), il est rentré au bercail blessé (entorse au genou droit)… mais motivé ! Sa première titularisation en 2020 validait cette thèse, puisqu’au Vélodrome fin février, il a signé un comeback retentissant, en ouvrant la marque face à l’OM (3-1). Percutant, virevoltant sur la Canebière, le Diable Rouge (1 sélection avec la Belgique) est malheureusement retombé dans ses travers dans la foulée face au LOSC (sorti à la 57e minute), sans doute aussi émoussé physiquement. Trop souvent sur courant alternatif la saison passée (1 but, 1 passe décisive en 29 apparitions en L1), Limbombe entendait pousser le voltage, à l’occasion de ce sprint final du championnat. Pour lui, la pandémie tombe mal… pour le board nantais aussi, qui avait investi 8M€ + bonus sur 5 ans en août 2018, pour s’attacher les services de « la recrue la plus chère de l’histoire du club », une étiquette décidément lourde à porter. En juin dernier, au moment de contractualiser son prêt au Standard, les décideurs nantais avaient inclus une option d’achat à hauteur de 7 M€. Son retour dans l’Hexagone est sans doute trop récent pour juger d’un rebond ou pas, mais sur le marché, le site Transfermarkt dévalue sa cote à « uniquement » 5M€. Son avenir : clairement l’un des futurs dossiers chauds de l’été.
Ses stats en L1 : 4 matches (2 titularisations), 1 but
Fin de contrat : juin 2023
Valeur : 5M€

Ludovic Blas
L’ancien Guingampais le reconnait : il lui a fallu plusieurs mois avant de totalement s’acclimater. Son premier but face à l’ASSE (2-3), à La Beaujoire mi-novembre, a agi comme un déclic. Meilleur buteur de l’effectif avec 5 réalisations (en compagnie de Moses Simon), il a déjà dépassé son rendement à l’EAG (son meilleur ratio jusqu’alors était de 3 buts inscrits en L1 lors de la saison 2017-2018). Sa seule et unique passe décisive ? Délivrée là encore face aux Verts, à destination de Louza évidemment, avec qui la complicité technique transpire par séquences. A 22 ans tout juste (déjà 127 matches disputés en L1), le Champion d’Europe U19 (en 2016, avec Mbappé) monte en puissance offensivement (2e joueur de l’effectif à frapper le plus de fois au but adverse en L1, derrière Coulibaly). Prêté - avec option d'achat automatique – le FCN a déboursé 8 millions d’euros environ (bonus compris) l’été dernier pour l’intégrer à long terme dans son projet (contrat de 5 ans).  

Ses stats en L1 : 24 matches (22 titularisations), 5 buts, 1 passe décisive
Fin de contrat : juin 2024
Valeur : 10M€

Samuel Moutoussamy
Sa dernière titularisation en championnat ? Le 3 novembre 2019, à Bordeaux (0-2). Autant dire une éternité. Aligné à 19 reprises dans le onze de départ la saison dernière en championnat, le joueur formé à l’OL traverse un exercice délicat (3 titularisations). Lui qui se décrit comme un élément « au service du collectif » a surtout dû faire pas mal de sacrifices, dans le costume de « couteau-suisse ». Son temps de jeu est maigre (523 minutes en L1), et lorsqu’il est sollicité, c’est pour se substituer aux blessés et absents, à des postes différents. Son étiquette de joueur polyvalent le dessert donc parfois, puisqu’on l’a très rarement vu évoluer à son poste de prédilection, en relayeur. Dommage d’ailleurs, car il aurait pu combler de temps à autre le manque de régularité d’Abeid par exemple. Pour Moutoussamy, cette saison devait être celle de la confirmation. Le printemps laissera finalement place aux questionnements. Prolongé en juillet dernier jusqu’en 2024 (alors qu’il était courtisé notamment du côté de l’Allemagne), le Franco-Congolais va très certainement réfléchir sur son avenir…
Ses stats en L1 : 18 matches (3 titularisations)
Fin de contrat : juin 2024
Valeur : 4M€

Abdoulaye Touré
Intronisé capitaine après le départ de Rongier, l’enfant de Malakoff a été jusqu’à maintenant le joueur de champ le plus utilisé en championnat (2221 minutes de jeu, 27 rencontres). Une suite logique, lui qui fut quasi inamovible ces deux dernières saisons (respectivement 34 et 36 matches de L1 disputés). A l’image de l’équipe en fait, sa saison offre deux visages. Alors qu’il entendait pourtant quitter son club formateur l’été dernier, Touré a d’abord totalement assumé, en signant un début de saison canon. Point d’orgue de son plein de confiance : une panenka sur penalty dans le derby contre Rennes (1-0) fin septembre, dont on ne se lasse pas… Après la trêve hivernale en revanche, changement de braquet. Pertes de balles, sautes de concentration, voire d’humeur : son niveau a flanché, le moral des troupes aussi. S’il reste le Nantais à toucher le plus de ballons (1596 précisément), il a davantage peiné à trouver les solutions. Dans le dur, Gourcuff n’a pas hésité à le faire débuter… sur le banc, à Marseille, puis face au LOSC. Cet hiver, le capitaine aurait refusé de prolonger son bail expirant en juin 2022, avec une revalorisation salariale à la clé. Il n’a jamais caché ses envies d’ailleurs, notamment pour une expérience à l’étranger. Dans les semaines à venir, ses courtisans (à commencer par les pensionnaires de Premier League) devraient donc revenir à la charge. Et cette fois, ce pur produit de La Jonelière pourrait bel et bien quitter le nid. D’autant que sa valeur marchande reste élevée.
Ses stats en L1 : 27 matches (24 titularisations), 3 buts
Fin de contrat : juin 2022
Valeur : 10M€

René Krhin
Comme Moutoussamy, l’international slovène se retrouve sans doute lésé (4 titularisations), Gourcuff n’étant pas un disciple de la rotation. Intermittent fin 2019 (1ère titularisation face à Rennes, 7e journée, avant de céder sa place à l’heure de jeu…), Krhin a reculé dans la hiérarchie, mais aussi sur le terrain. Repositionné à plusieurs reprises aux côtés de Girotto en charnière centrale début 2020, notamment pour pallier l’indisponibilité de Pallois, il a affiché une certaine solidité… à l’exception de quelques moments clés. On pense à la « remontada » au Roazhon Park (3-2), où la responsabilité du numéro 21 des Canaris est engagée sur deux réalisations bretonnes…  Depuis cette soirée cauchemardesque, il n’est entré en jeu que trois fois dans le temps additionnel, le temps de fouler le gazon… 4 minuscules minutes. Oui, son horizon nantais s’annonce particulièrement bouché, d’autant que son contrat expirera en juin.
Ses stats en L1 : 8 matches (4 titularisations)
Fin de contrat : juin 2020
Valeur : 1,5M€

Imran Louza
La révélation maison ! A 20 ans, il est clairement le plus doué de la génération 1999, couvée à La Jonelière (Basila, Moustache, Youan). Avant que Gourcuff ne prenne les manettes de l’effectif, le Nantais « pur jus » alignait une petite apparition en L1, en clôture du championnat 2018-2019. Depuis ? Son CV a très sensiblement gonflé, comme ses responsabilités. Caution technique dans l’entrejeu, il a remplacé Rongier sans sourciller, devenant un maillon essentiel du dispositif (22 titularisations). S’il a percé dès sa première année, une question se pose sur son positionnement. Louza ne s’en cache pas : il se sent plus utile au collectif au poste de relayeur, davantage en tout cas qu’en soutien des attaquants. 2e passeur nantais cette saison (3 passes décisives), Imran s’est aussi adjugé ses 2 premières réalisations parmi l’élite (à Nîmes, mi-décembre, son but a permis d’empocher 3 points). Son éclosion a également en un retentissement national, puisque ses prestations en club ont débouché sur 6 sélections avec l’équipe de France Espoirs, depuis septembre dernier. En juin 2019, ce talent brut a prolongé de trois saisons supplémentaires son contrat, qui expirait initialement en 2021. Au club depuis l’âge de 7 ans, il a le sang jaune et vert certes, mais sera particulièrement pisté par des écuries de premier plan. En mars, la presse italienne faisait d’ailleurs écho d’un intérêt prononcé du Milan AC pour l’attirer en Lombardie dès cet été, moyennant 10M€. Intox ou pas, il va falloir s’habituer à voir son nom souvent coché, en perspective du prochain marché.
Ses stats en L1 : 24 matches (22 titularisations), 2 buts, 3 passes décisives
Fin de contrat : juin 2024
Valeur : 8M€

MAIS AUSSI…

Roli Pereira De Sa (23 ans, milieu offensif, au FCN depuis 2017)
Ses stats en L1 : 6 minutes de jeu (face au PSG, au Parc en décembre 2019)
Fin de contrat : juin 2021
Valeur : 150 000 €

ATTAQUANTS

Moses Simon
Sans conteste la TRÈS bonne pioche de ce cru 2019-2020. Débarqué mi-août dernier sur les rives de l’Erdre avec une 3e place à la CAN 2019 dans ses valises, l’ailier nigérian n’a pas tardé à détoner, sur le flanc gauche. Son baptême du feu à Amiens avait rapidement donné le ton : il lui aura fallu 10 minutes de jeu pour faire les présentations et signer sa première réalisation. La suite fut du même acabit. Véritable poison pour les défenses adverses, vif, technique, et surtout insaisissable, il combine les temps de passage de référence. Meilleur finisseur de l’effectif avec Blas (5 buts), Moses est aussi le meilleur passeur (5, soit 30% des passes décisives de l’équipe), ou encore le Nantais à créer le plus d’occasions (24). Arrivé en prêt en provenance de Levante (Espagne) il y a 8 mois, son option d’achat (fixée à 5 millions d'euros) pouvait être levée automatiquement, sous deux conditions. Le Super Eagle devait participer à 25 matches toutes compétitions confondues (il en compte 30) et marquer au moins 10 buts (il en a inscrit 9). Comme la suite de la saison reste en suspens, les Kita devraient donc rapidement lever l’option, pour que le dynamiteur offensif – dont la cote en France a pris de l’épaisseur – puisse devenir à 100% Canari. Au-delà de son talent, n’oublions pas que le Nigérian n’a que 24 ans…  A ce tarif-là, plus de débat !
Ses stats en L1 : 26 matches (25 titularisations), 5 buts, 5 passes décisives
Fin de contrat : juin 2020 (prêté avec option d’achat fixée à 5M€)
Valeur : 8M€

Kalifa Coulibaly
Depuis le 23 novembre dernier, et une réalisation chanceuse pour ne pas dire hasardeuse à Brest (1-1), le géant malien ronge son frein. Depuis ce déplacement finistérien, Coulibaly a été titularisé 5 fois en championnat, sans trouver la faille. C’est simple : il court toujours après son premier but en L1 en 2020 (4 buts sur la phase aller en 2019). A l’image du public nantais, Gourcuff a également fini par se lasser, lui préférant Moses en pointe (pourtant plus percutant sur son flanc) lors des deux dernières sorties contre le LOSC ou à Angers. Auteur de 8 réalisations en 32 apparitions l’an dernier, Coulibaly entendait s’affirmer comme le numéro 9 indéboulonnable, capable d’aller tutoyer la barre des 10 buts en championnat. Force est de constater que c’est manqué, même si en pivot, il pèse régulièrement sur les défenses adverses.
Mais 1 but inscrit toutes les… 404 minutes de jeu, c’est évidemment bien trop peu pour faire taire les sceptiques. Recrue la plus chère du mercato estival 2017 (4,5 M€, pour 5 ans), il lui restera cet été 2 ans de contrat. A honorer ? Le débat promet d’être animé…
Ses stats en L1 : 21 matches (18 titularisations), 4 buts
Fin de contrat : juin 2022
Valeur : 5M€

Marcus Coco
On ne va pas refaire le film, sous peine de ressasser. Oui, l’aventure de l’ancien Guingampais a très mal débuté avec le FCN, fauché par une vilaine blessure en ouverture (rupture du ligament croisé antérieur du genou gauche, après 11 minutes à Lille, 1ère journée). Exit donc cet épisode, puisque Coco a bien répondu au protocole de soins et était proche d’un retour dans l’effectif… avant le confinement. En mars, on aurait dû assister à son comeback, mais le Guadeloupéen devra (encore) patienter. 130 matches de L1 empilés à 23 ans seulement, 17 sélections en équipe de France espoirs : le numéro 8 des Jaune et Vert incarne l’avenir. Le FCN a misé sur ce potentiel en lui proposant en juillet dernier 4 ans de contrat (3M€ déboursés, bonus compris). Alors oui, aujourd’hui on a hâte de le voir s’inviter prochainement dans la rotation, pour multiplier les options.
Ses stats en L1 : 1 titularisation (11 minutes à Lille, avant de se blesser)
Fin de contrat : juin 2023
Valeur : 3M€

 

Renaud Emond
Arrivé en janvier dernier avec une réputation de renard des surfaces, Emond a rapidement prouvé qu’il savait flairer les opportunités, en plantant à l’occasion de sa première titularisation, face à Lyon (en Coupe de France, 3-4). Une prometteuse prise de température, sauf que derrière, son rendement s’est gelé (aucun but en 6 matches de championnat). S’il veut retrouver ses standards affichés du côté de Liège (37 réalisations et 11 passes décisives lors de ses deux derniers exercices), le Belge devra apprendre à se familiariser avec une L1 qu’il découvre à 28 ans. A ce poste si spécifique, difficile d’émettre un premier jugement. On aura d’ailleurs le temps, puisqu’il s’est engagé pour 2 ans (montant du transfert estimé entre 3 et 4 millions d'euros).
Ses stats en L1 : 6 matches (3 titularisations)
Fin de contrat : juin 2022
Valeur : 4,5M€

 Kader Bamba

L’invité surprise… et avec gourmandise ! La preuve : cette saison, le natif de Sarcelles est le seul à avoir pris part à 27 journées de L1, en compagnie de Lafont et du capitaine Touré. Pas mal comme trajectoire, pour un « ovni » dans le paysage footballistique professionnel, qui évoluait encore en 11e division il y a 5 ans ! A 25 ans (26, fin avril), ses premiers pas en L1 ont été à l’image du personnage : authentique et sans complexe. 16 titularisations, 1 but et 3 passes décisives : avec Kader, Gourcuff a trouvé bien plus qu’un simple joker, même si l’intéressé doit encore gagner en maturité. Forcément, avec le retour de Marcus Coco, les cartes pourraient être redistribuées dans le couloir droit, en attendant Bamba a marqué les esprits, à l’image de sa « masterclass » à Marseille, en février dernier (1er but en L1, 1 passe décisive). Initialement lié aux Jaune et Vert jusqu'en 2020, l’ailier a prolongé pour deux saisons supplémentaires, en août dernier.
Ses stats en L1 : 27 matches (16 titularisations), 1 but, 3 passes décisives
Fin de contrat : juin 2022
Valeur : 2M€

MAIS AUSSI…

Bridge Ndilu (19 ans, international français U19, au club depuis juillet 2019)
Fin de contrat : juin 2024
Valeur : 400 000€

 

Elie Youan (21 ans le 7 avril, international français U20, formé au club)
Ses stats en L1 : 5 matches (2 titularisations)
Fin de contrat : juin 2022
Valeur : 800 000€

* Montants établis par le site Transfermarkt