fbpx

Comme chaque mois, notre expert Arnaud Siffert, ancien portier des Violets, décrypte l'actualité du HBC Nantes. Evidemment, il se concentre en ce début d’été sur la prépa’ qui attend les Nantais. Carte blanche.

« Bon... on ne va pas se mentir, ça commence à faire long ! Une disette inédite ! Déjà plus de 3 mois sans handball... du jamais vu ! Et même si, à titre personnel, cela fait déjà plus d’un an que je n’ai pas foulé les parquets, je n’ai jamais passé autant de temps sans voir de handball, même dans ma plus tendre enfance. Notre sport nous manque, c’est évident. Nous avons tous hâte de revoir ces joutes physiques, ces luttes tactiques, de ressentir l’ambiance survoltée de la H Arena, de nous laisser aller à pousser, rager, râler, exulter... Mais surtout, je pense que nous avons hâte de nous retrouver tous ensemble !
Alors oui, c’est long pour nous... mais imaginez ce que cela doit être pour les joueurs. Eux qui touchent la balle tous les jours. Eux qui n’ont - au mieux - que 4 ou 5 semaines de coupure estivale, au cours desquelles ils sont obligés de s’entretenir physiquement pour pouvoir assurer à la reprise. Comment gérer cette si longue période d’inactivité tant physique que collective ?
Alors certes le confinement n’a pas tout interdit et nous avons pu largement suivre, par le biais des réseaux sociaux, les efforts de nos champions pour garder la forme. Mais ces adaptations avaient dans un premier temps des visées à court terme, tant nous espérions tous que la situation s’améliorerait et que le sport, pilier de notre société, pourrait rapidement reprendre ses droits.

Attention aux traumatismes à la reprise !

Sauf que... nous attendons toujours. Quelles conséquences cette situation imprévisible peut-elle avoir sur la pratique de haut niveau ? Comment se préparer à la reprise ? Comment les cœurs, poumons, articulations (pauvres épaules...) vont réagir à la reprise d’activité intense ? Visiblement, les avis et les stratégies divergent… certains ont déjà repris avant de partir en vacances, d’autres reprendront plus tôt et auront une très longue période de préparation. Difficile de dire aujourd’hui quelle est la bonne formule. Encore une fois, le terrain nous le montrera. Quoiqu’il en soit, la reprise risque d’être traumatisante comme malheureusement nous pouvons le constater au sein des championnats de football qui ont redémarré. Le nombre de blessés a déjà fortement augmenté, quand bien même l’arrêt fut bien plus bref que ce qui attend les adeptes de la petite balle pégueuse. Alors certes le handballeur est solide, mais le sort des compétitions pourrait se jouer dès cette sortie de crise…"

 Arnaud Siffert

papier hbcn

Préparation estivale : 5 rendez-vous pour les Violets

Difficile pour tous les clubs de se projeter sur des matches amicaux, mais Alberto Entrerrios et son staff ont toutefois réussi à mettre en place 5 rounds de préparation. Pas de déplacements à l’étranger, mais bien 5 dates (encore à déterminer) qui leur permettront de se tester grandeur nature et de « passer du temps ensemble. On ne va pas partir loin et longtemps (un stage à Mur-de-Bretagne est prévu quelques jours après la reprise, N.D.L.R.) mais cette phase qui dure habituellement six semaines va être rallongée à huit. On aura tout le temps pour se connaître ! », annonce le coach des Violets.

Les affiches de la prépa : Chartres – HBCN ; Nantes-Cesson ; Cesson – Nantes ; Nantes – Limoges (à Poitiers) ; Nantes – PSG (lieu à déterminer)