fbpx

Retrouvant l’Ouest après une année d’exil en tant que coach à Frontignan (N1M), l’ancien Cessonnais, élu meilleur pivot du Championnat de France 2015-2016, sera l’adjoint de Guillaume Saurina au NAHB, à la reprise. Un projet que Mathieu Lanfranchi a hâte d’intégrer pleinement, lui qui vit ses premiers instants nantais… à distance évidemment.

Si vous connaissez bien la région, c’est en revanche une découverte en tant que coach sur de nombreux aspects qui vous attend en arrivant à Nantes...
Effectivement ! Le Nantes Atlantique Handball porte vraiment un beau projet : jouer la Coupe d’Europe est toujours un challenge alléchant et l’ambition en championnat de s’incruster dans le haut de tableau ne manque pas de sel. C’est vrai, je retrouve un grand Ouest qui a été mon port d’attache pendant huit ans et, en plus, je vais pouvoir travailler avec Guillaume, qui est un ami de longue date.

OUVERTURE SEPTEMBRE 2020
LE PREMIER
CENTRE DE FORMATION
100% JOURNALISME
À NANTES
TU VEUX DEVENIR JOURNALISTE ...
Pour tout renseignement :
contact@cnj44.fr
Téléphone :
09 67 60 15 54
Slider

Vous allez passer de l’autre côté du miroir dans le haut niveau, mais également découvrir le milieu professionnel féminin. Comment abordez-vous ce contexte ?
Je m’y prépare (sourire). Je m’y attèle maintenant depuis six mois, puisque j’avais signé avec le NAHB dès décembre dernier. Je me suis donc mis à jour sur le handball féminin, je me suis formé de mon côté sur les aspects psychologiques mais également physiques, car je serai en charge de la préparation estivale dans ce registre. Et puis, j’ai déjà pu côtoyer à Dijon un secteur féminin qui était très actif, nous avons également beaucoup échangé avec Guillaume sur le sujet.

« J’ai véritablement changé de costume »

Passer de l’autre côté de la barrière semble avoir été bien digéré vous concernant…
Peut-être parce que le métier d’entraîneur, ce n’est pas quelque chose que j’envisage depuis 3 ou 4 ans… mais depuis 20 ans (sourire) ! La preuve : j’ai passé mon premier diplôme d’entraîneur à 18 ans (il a 37 ans aujourd’hui, NDLR). Alors c’est un tout autre type d’adrénaline, évidemment… L’envie de revenir jouer s’est effacée face à celle de manager. Je sens que j’ai passé un cap véritablement l’année dernière, même si tout s’est fait étape par étape pour passer de joueur à entraîneur. Je me suis lancé, l’an passé, à la recherche d’un poste pour la première fois et cela a vraiment été déclencheur. Car, même si j’ai encore reçu des propositions pour rejoindre des clubs en tant que joueur, les personnes m’ont sollicité plutôt en tant qu’entraîneur. C’est bien la preuve qu’en termes d’image, j’ai changé de costume.

 

nahb illustre

 

Vous allez constituer un tandem de jeunes coaches dans l’élite, tant par l’âge que par l’expérience !
Pour ce qui est de l’âge, on n’a quand même plus 20 ans, on serait considéré comme des vieux sur un terrain (rires) ! C’est vrai que cela peut sembler assez atypique, surtout pour une équipe qui a les ambitions que sont celles du NAHB. Mais comme ce club, nous sommes ambitieux ! Attention, sans être présomptueux, encore plus pour moi qui change de public en passant chez les féminines. Mais cela n’empêche que je connais bien certaines joueuses. Maintenant, j’attends vraiment d’attaquer les choses sérieuses car l’attente devient vraiment longue... Il faudra s’adapter au regard de la crise sanitaire que nous traversons, ce sera le maître-mot dans les semaines et mois à venir. Je trouve que nos instances nationales, pour le handball, font plutôt bien les choses, mais ce ne sont évidemment pas les mêmes décideurs aux étages supérieurs, à l’EHF et l’IHF… Pour l’instant, nous n’avons de toute façon aucune date fixée. Une perspective de reprise du championnat début octobre a certes été évoquée, mais dans quelles conditions ? Et comment le calendrier se calera–t-il avec la saison européenne, qui nous concernera directement également ? On se doute qu’il faudra faire, dans toutes les strates des clubs, de l’équilibrisme. Reste qu’au final, on sera jugé sur nos performances, rien d’autre… et que les bons résultats seront notre meilleur atout pour que le public afflue, que les partenaires soient satisfaits également.

Retrouvez l’intégralité de cet entretien avec Mathieu Lanfranchi dans la prochaine édition papier du Journal Nantes Sport, qui sortira fin mai…