fbpx
Attaque et défense : zoom sur les forces en présence

Quatrièmes de la Ligue Butagaz Energie après 19 journées avec 43 points, à égalité avec Fleury (3e au bénéfice d’une meilleure attaque), les protégées d’Allan Heine et Guillaume Saurina restent positionnées dans un carré de tête, synonyme d’avantage du terrain en cas de play-offs.

Sauf que l’on se demande aujourd’hui comment la Ligue parviendrait à organiser la fin de championnat sur un schéma identique à celui prévu… ou tout autre d’ailleurs (la Ligue Butagaz Energie est pour le moment suspendue, jusqu’à nouvel ordre, NDLR) !

Reste que ce Top 4 offrirait, en cas d’arrêt définitif du championnat, un passeport aux Roses pour un nouveau tour de manège européen…

4e attaque, 5e défense et des individualités payantes

11 victoires, 2 nuls et 6 défaites : Ayglon-Saurina et les siennes ont cumulé 532 buts inscrits pour 476 encaissés. Des performances qui les placent au rang de 4e attaque de la division derrière Metz, Brest et Fleury… soit leurs trois prédécesseurs au classement, et à une place de 5e défense. Un bilan à l’équilibre donc, à l’image en fait d’une équipe dont les individualités n’ont pas manqué, elles aussi, de se mettre en valeur dans cet exercice 2019-2020.

C’est d’ailleurs sans surprise que l’on retrouve en 4e place des marqueuses de la division l’arrière internationale espagnole Alexandrina Barbosa -  de retour de grossesse et élue la meilleure à son poste lors des derniers Mondiaux en décembre – à la lisière des 100 unités ( 99 / 154 soit 64% d’efficacité, pour une moyenne de 5,2 buts par match).

Mais que seraient les artilleuses sans leurs ultimes remparts, précieuses pour bonifier tous les efforts défensifs, souche essentielle d’une belle croissance offensive. Et une fois de plus, l’équilibre des forces est au rendez-vous, avec un tir groupé unique dans la division des deux gardiennes nantaises.

gardienne placzek NAHB Effectivement, le NAHB est le seul club à pouvoir se targuer d’avoir deux « murs » à hauteurs égales ! Respectivement classées 11e et 12e gardiennes, les internationales française Catherine Gabriel et polonaise Adrianna Placzek ont fermé solidement la porte aux assauts adverses.

112 arrêts sur 323 tentatives et donc 35% de réussite (moyenne de 6,2 arrêts par match ; 8/37 aux penalties) pour la future Parisienne Gabriel ; 102 sur 357 et 29% de réussite (moyenne de 5,4 par match ; 5/35 aux penalties) pour son homologue, toujours en Rose la saison prochaine : le ciment est solide !