fbpx
Le Stade affiche ses ambitions
Comme dans le domaine sportif, les dirigeants du Stade Nantais font progressivement grimper le curseur en termes de compétences, côté coulisses. Avec la récente arrivée de Gary Poinas, transfuge du football professionnel, en qualité de Secrétaire général, les Eléphants montent encore en gamme professionnellement, pour aspirer à la division supérieure.
Il est toujours plus simple d’avancer avec le vent dans le dos et le président nantais Jean-Marc Allègre l’a bien compris. « Être 4e de notre poule de Fédérale 1 début mars est évidemment hyper intéressant pour la suite, c’est un indicateur qui invite à l’optimisme.
On s’est encore retrouvé il y a quelques jours avec Pierre Magimel, notre Vice-président en charge du sportif et Vincent Etcheto, notre consultant, pour prendre de la hauteur sur nos temps de passage. Un bilan s’est dégagé de ces échanges, à savoir que l’on a senti beaucoup de sérénité dans ce groupe qui, malgré les blessures et une période hivernale redoutée, a plutôt bien géré tout cela ! Vincent, c’est du très haut niveau (Canal+ ne s’y trompant pas, en l’invitant aux différents multiplex rugby ou encore dans son émission Late Rugby Club...), donc son aura attire évidemment la lumière sur nous. Bien évidemment que nous avons envie de le conserver proche de nous. Après, tout cela se discute : il nous dit « gardez la même équipe et je reste », nous lui répondons « si tu restes, on pourra garder la même équipe » (rires) ! »
Investi, guidé par cette passion rugbystique intacte, Jean-Marc Allègre n’a jamais caché que son projet à terme était la montée en Pro D2, son véritable fil conducteur. Ce sera d’ailleurs au cœur des discussions lors d’une table ronde-conférence baptisée « Bientôt du rugby pro à Nantes ? », organisée par le club le 3 mars, pour mettre en exergue les différents leviers de professionnalisation.
 
« Une ville de ce calibre doit avoir, à terme, une équipe de rugby évoluant en Top 14 »
Alors, pour continuer à structurer l’ensemble autour de cette équipe fanion fédérant le public, le Stade Nantais s’est doté d’un renfort de poids début 2020 : Gary Poinas. Un bénévole dont les compétences tombent à pic. « Issu du milieu du football professionnel, Gary est arrivé récemment à Nantes et a su, avec beaucoup de décontraction et de professionnalisme, appréhender notre club et son environnement. Aux côtés de Maryan Gilet à la cellule développement et de Matthieu Phlipponneau à la communication, il nous donne de son temps et apporte un regard neuf sur les axes à travailler. Je le vois vraiment comme un simplificateur de beaucoup de choses dans notre fonctionnement. »
 
Après des années passées à Troyes au sein de l’ESTAC (club évoluant en Ligue 2, en lice pour la montée en L1) en tant que Directeur du Développement / Stadium Manager, ce globe-trotter passionné de sport à l’âme d’entrepreneur a toujours su concilier les deux, au fil de son parcours. Continuant de se former actuellement au CDES de Limoges, celui qui se définit avec plaisir comme un homme de l’ombre a eu un véritable coup de cœur pour l’ovalie et le Stade Nantais. « Mon boulot, c’est tout ce qui se passe autour du rectangle vert », sourit l’intéressé, définitivement installé dans la Cité des Ducs depuis le mois de janvier. « Quand je suis entré en contact avec les dirigeants nantais, j’ai pu voir un club dont l’essentiel fonctionne très bien, à savoir le terrain. Cela peut paraître basique de dire ça, mais j’ai croisé tellement de superbes projets économiques… mais pas d’équipe derrière pour décrocher le sésame ! A l’heure actuelle, quand on regarde ce qui se passe sportivement à Nantes, c’est une évidence pour moi qu’une ville de ce calibre doit avoir, à terme, une équipe de rugby évoluant en Top 14. Cela passera par beaucoup d’étapes, dont la Pro D2, mais il est certain que sur ce territoire, tout est là pour y arriver. D’autant que l’on peut déjà constater que pour un club évoluant en Fédérale 1, le Stade Nantais a entrepris de vrais efforts en termes de structuration. »
 
Gary Poinas, un polyglotte chez les Eléphants
L’état des lieux s’avère donc encourageant, surtout que les Eléphants doivent jusqu’ici avancer avec des moyens financiers limités. Les fondations sont donc posées, solidifiées même… ne reste plus qu’à transformer l’essai ! « Bien sûr que la Pro D2 pourrait s’inviter au Stade Pascal-Laporte ! Aujourd’hui, sur le boulevard des Anglais, il est possible d’accueillir plus de 2000 spectateurs. Avec des aménagements, la jauge pourrait monter à 4000 âmes. Je n’ai pas de doute sur l’engouement que pourrait susciter une ascension à l’étage supérieur… »
La route est encore longue, disputer un Trophée Jean-Prat pourrait donc être un peu trop prématuré, là où un superbe parcours en du-Manoir pourrait souder encore davantage un groupe qui continue à gravir les échelons (lire par ailleurs). Ne pas mettre la charrue avant les bœufs, construire les projets step by step, sans garder en toile de fond de légitimes ambitions : voici la marche à suivre. Gary Poinas prendra donc part à cette énième aventure, lui qui par le passé a déjà réalisé un tour du monde à vélo (2006)… mais également un Paris–Hong-Kong en 4L ! Plusieurs vies donc pour ce couteau-suisse de l’événementiel sportif parlant quatre langues, ayant d’ailleurs monté sa structure en Asie. Un peu moins exotique mais tout aussi excitant, le projet du Stade Nantais pourra désormais compter sur son implication. Et quand les compétences s’invitent dans la mêlée…
Crédit photo : Gaëlle Louis